Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 09:24
Repost 0
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 14:35

 

 

  MIRAMICHI

 

Bonne nouvelle controversée

Mise à jour lejeudi 2 septembre 2010à8 h 49

I
Appareil d'imagerie à résonance magnétique

Appareil d'imagerie à résonance magnétique

Le chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick, Shawn Graham, de passage à Miramichi, a créé une surprise en confirmant, en pleine campagne électorale, qu'un appareil d'imagerie par résonance magnétique sera installé à l'hôpital de Miramichi.

Devant plusieurs partisans libéraux, sa déclaration ressemblait drôlement à une promesse électorale. « Avec un nouveau gouvernement libéral au pouvoir, l'hôpital de Miramichi recevra la machine IRM », a-t-il lancé.

Quelques minutes plus tard, en présence de journalistes, le chef libéral a précisé qu'il ne s'agissait pas d'une promesse. Il a confirmé que Miramichi pourra compter sur cet appareil. « C'est un fait accompli », a-t-il précisé.

L'automne dernier, les libéraux ont annoncé des appareils de ce genre pour quatre hôpitaux, à Moncton, à Bathurst, à Saint-Jean et à Edmundston. Rien n'était toutefois annoncé pour Miramichi.

Il est plutôt inhabituel, et même mal vu que le premier ministre sortant fasse des annonces durant une campagne électorale. Le chef progressiste-conservateur, David Alward, qui a récemment promis l'ajout d'un appareil IRM à Miramichi si son parti remportait les élections, dénonce la stratégie libérale.

C'est triste que le premier ministre joue la politique avec la santé des gens de Miramichi.

— David Alward, chef du Parti progressiste-conservateur

Shawn Graham se défend en disant que la décision du Cabinet a été prise il y a quelques semaines déjà, avant le déclenchement des élections. Il dit que la priorité de son gouvernement est d'améliorer la qualité des services de santé dans cette région.

Cette controverse met un peu de piquant dans une campagne électorale qui se déroule plutôt calmement jusqu'à maintenant.

Repost 0
28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 14:28
Repost 0
26 décembre 2010 7 26 /12 /décembre /2010 14:26
Repost 0
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 09:44

 

 

 

http://www.sudouest.fr/2010/11/23/les-radiologues-inquiets-246944-4171.php

 

 

 

Les radiologues inquiets

Ils dénoncent une nouvelle baisse de leurs honoraires et craignent des fermetures de cabinets.

 Les docteurs Pierre Casenave (à droite) et Khalid Issaadi, respectivement président et trésorier de la FNMR Pays basque. photo patrick bernière

Les docteurs Pierre Casenave (à droite) et Khalid Issaadi, respectivement président et trésorier de la FNMR Pays basque. photo patrick bernière

Les 31 radiologues du secteur privé du Pays basque, dont les cabinets se situent sur le territoire du BAB, mais aussi à Saint-Jean-de-Luz, Hendaye, Saint-Palais, Ispoure, Hasparren, Mauléon et Cambo, sont inquiets pour leur avenir, et plus particulièrement pour celui de leurs confrères installés dans les zones rurales. Ils attendent en effet pour 2011, après plusieurs années consécutives de baisse, une nouvelle diminution de leurs honoraires dans le cadre de la prochaine loi sur le financement de la Sécurité sociale.

L'objectif du gouvernement est en effet de rogner à nouveau 100 millions d'euros sur le poste radiologie afin de tenter de réduire un peu un déficit abyssal. Le prix d'une radio devrait donc baisser de 3,24€ (-5 %). Dans le domaine des scanners, si le prix payé au médecin pour l'interprétation de l'imagerie (sa prestation intellectuelle) reste stable, le montant du forfait technique -le coût de la machine et de son fonctionnement- est divisé par deux dès lors qu'un second examen est effectué dans la foulée d'un premier.

« Alors que les frais d'investissement, d'entretien et de personnel restent les mêmes », souligne Pierre Casenave, président pour le Pays basque de la FNMR (fédération nationale des médecins radiologues).

Conséquence de ces baisses d'honoraires, une fragilisation des cabinets ruraux qui manquent de perspective d'avenir, voient leur chiffre d'affaires baisser, la rentabilité devenir problématique, et ne trouvent plus de jeunes médecins pour remplacer la génération des baby boomers qui partent à la retraite.

La télé radiologie

« L'exemple de notre structure, qui réunit les cabinets de Saint-Palais, Ispoure, Mauléon et Hasparren est symptomatique » assure Khalid Issaadi, l'un des radiologues associés et trésorier de la FNMR.

« Nous étions cinq et deux sont partis à la retraite, poursuit-il. Mais nous n'avons pas encore trouvé à les remplacer, faute de candidatures de jeunes médecins désirant venir s'installer en Pays basque intérieur. Pour l'heure, nous arrivons à compenser grâce aux techniques de la télé radiologie qui permettent d'effectuer un certain nombre d'examens et offrent une optimisation des moyens humains. »

« Grâce à cela, nous pouvons encore maintenir une activité de proximité, dit encore le radiologue de la FNMR. Mais jusqu'à quand ? À terme, tout cela pose la question de la fermeture des sites de proximité, et d'une inégalité des personnes devant l'offre de soins. Les cabinets de Mauléon, Hasparren et Ispoure sont les premiers menacés. »

 

----

 

 

Repost 0
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 20:47
Repost 0
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 20:39

 

 

 

http://www.laseyne.maville.com/actu/actudet_--Un-nouvel-appareil-IRM-a-la-clinique-Malartic-d-Ollioules-_loc-1541314_actu.Htm

 

 

 

Un nouvel appareil IRM à la clinique Malartic d'Ollioules

 François Vorms, directeur général de Toshiba médical France, était présent jeudi soir, lors de l'inauguration du nouvel outil médical. Il était aux côtés de Patrick Andrès, responsable technique du GIE Var-ouest, et de Patrick Nun, l'un des radiologues de la clinique. : Photo Dominique Leriche François Vorms, directeur général de Toshiba médical France, était présent jeudi soir, lors de l'inauguration du nouvel outil médical. Il était aux côtés de Patrick Andrès, responsable technique du GIE Var-ouest, et de Patrick Nun, l'un des radiologues de la clinique. : Photo Dominique Leriche

Le Groupement d'intérêt économique (GIE) Var-ouest et la clinique Malartic, qui gèrent déjà ensemble un scanner et un appareil IRM, viennent de se doter d'un nouvel équipement ultramoderne.

Il s'agit de la plus grande machine IRM actuellement sur le marché. Dotée d'un aimant court de 1,40 mètre, elle permet au patient de garder la tête hors du tunnel lors de la plupart des examens. Elle présente aussi un tunnel bien plus large, de 71 cm de diamètre. « C'est un atout essentiel pour les patients obèses ou claustrophobes », notent les radiologues du GIE. Ils soulignent aussi « la qualité d'images globalement améliorée » et le caractère silencieux de l'appareil, qui ne nécessite plus de protéger le patient avec un casque ou des boules Quiès.

Ce nouvel outil permet également des explorations des seins optimisées grâce à une nouvelle génération d'antenne et à un logiciel spécifique d'aide au diagnostic.

Ce nouvel équipement a été inauguré jeudi soir. Il est d'ores et déjà en service au sein de la structure qui accueille chaque année 20 000 patients et réalise environ 9 800 IRM.C. M.

Var-Matin

 

 

 

 

 

 

http://www.laseyne.maville.com/actu/actudet_--Un-nouvel-appareil-IRM-a-la-clinique-Malartic-d-Ollioules-_loc-1541314_actu.Htm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 06:49
Repost 0
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 06:28

 

NORD ECLAIR

 

http://www.nordeclair.fr/Locales/Villeneuve-d-Ascq/2010/09/24/l-irm-de-la-clinique-du-parc-tant-attend.shtml

 

 

  VILLENEUVE D ASCQ / SANTÉ

L'IRM de la clinique du Parc tant attendue

L'IRM est installée dans des locaux modulaires. Elle sera ensuite ramené sur le site de Villeneuve d'Ascq. L'IRM est installée dans des locaux modulaires. Elle sera ensuite ramené sur le site de Villeneuve d'Ascq.

Le nouvel appareil IRM (imagerie par résonance magnétique) de toute nouvelle génération de la clinique du Parc, à Croix, va réduire le délai d'attente des patients.



Cet équipement déménagera en 2012 à Villeneuve d'Ascq.
À peine installée, on sait déjà que l'IRM du Parc n'en gardera pas longtemps le nom. Elle ne restera pas à Croix. Elle est appelée à rejoindre le futur hôpital privé de Villeneuve d'Ascq qui sera construit au premier semestre 2012 sur le site de l'actuelle clinique Cotteel.
Mais quoi qu'il en soit, même pour deux ans, cette IRM est accueillie à bras ouverts à Croix. La clinique du Parc ne disposait pas pour le moment d'une IRM (imagerie par résonance magnétique). Et celle-ci est de toute dernière génération : des images de haute qualité, et un tunnel d'un diamètre plus large (70 cm au lieu de 60 cm), pour atténuer l'impression de claustrophobie. « Il n'existe que trois machines de ce type en France », se félicite le Dr Chastanet, radiologue, ravi d'utiliser avec ses collègues ce nouvel équipement qui tourne à plein régime depuis le mois de juillet.



La région rattrape son retard en équipements médicaux
Emmanuel Dechirot, le directeur de la clinique du Parc, a rappelé que c'était « à la fois un symbole et un premier pas, qui marque l'implication de la Générale de santé dans la métropole ».
Véronique Yvonneau, directrice adjointe de l'Agence régionale de santé, insiste sur l'important rattrapage qui s'est opéré en quelques années, dans le Nord - Pas-de-Calais, en matière d'équipements médicaux : « En 2002, il y avait 41 scanners et 19 IRM dans la région, on en a aujourd'hui respectivement 78 et 54, ce qui remet la région dans la moyenne des meilleurs ratios nationaux. » « Ce renforcement des équipements, dans les deux secteurs, public comme privé, va diminuer sensiblement les délais d'attente, donc permettre une meilleure prise en charge du patient », souligne-t-elle.
Il a été dit lors de l'inauguration vendredi soir que la moyenne était auparavant de 40 à 50 jours pour obtenir une IRM sur le versant nord-est (doté de deux IRM à l'hôpital de Roubaix, et d'une à l'hôpital de Tourcoing). Actuellement, il est possible d'obtenir un rendez-vous à l'IRM du Parc en trois semaines.
« Et détecter vite, c'est soigner mieux », a rappelé Cécile Bourdon, vice-présidente de la Région. Cette collectivité a apporté 205 000 E de financement, ce qui a permis d'installer l'IRM dans des locaux modulaires. L'élue a insisté sur « les équipes, indispensables pour faire fonctionner les machines, accueillir et rassurer les patients dans les meilleures conditions ».w
DELPHINE TONNERRE

 

 

 

http://www.nordeclair.fr/Locales/Villeneuve-d-Ascq/2010/09/24/l-irm-de-la-clinique-du-parc-tant-attend.shtml

 

 

 

 

 

 

Repost 0
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 06:25
Repost 0