Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 11:58

RTL info

02 juil. 2010

Màj 10h47

Info RTL - Mort faute de lit d'hôpital: pas de poursuite

L'affaire avait fait beaucoup de bruit à l'époque. Décembre 2008 :

 Jean Lagrange, un homme de 58 ans, meurt des suites de plusieurs arrêts cardiaques, faute d'avoir trouvé un lit de libre dans un hôpital.

Les ambulanciers avaient passé une nuit entière à chercher une chambre à travers la région parisienne.

 Mais le logiciel informatique qui recense les places libres, n'a jamais été consulté par le régulateur du SAMU.

Le parquet d'Evry vient pourtant de classer l'affaire sans suite. Aux yeux des experts judiciaires, "tout a été fait dans les règles de l'art". Il pourrait donc n'y avoir jamais de procès. La veuve de la victime ne comprend pas cette décision.

tous les sons



 

16:45 tuseki 02-juil.-2010

Un simple citoyen lambda.
Ah, s'il avait été ministre, ou chef d'Etat, ou encore patron du CAC40, tout aurait été fait pour le sauver.

Selon que vous serez blanc ou noir
Selon que vous serez riche ou pauvre
Selon que vous soyez ministre ou petit citoyen

15:51 ALADINES 02-juil.-2010

c'est dramatique de voir aussi peu d'humanité,moi qui ai travaillée dans un hôpital je peut vous dire ,cessons cette hypocrisie!!!ont refusent un malade même quand il y as des lits,pourquoi?pour repasser le boulot aux autres hôpitaux,moins de malades moins de travail!!!même la nourriture est légèrement détournée,ont vient avec des pots en verres et ont se sert,c'est toujours cela de gagné,pourquoi les malades mangent ils si mal a l'hôpital?vous sonnez pour appeler ,elles font semblant de ne pas entendre ou d'êtres occupées!!oui a boire un café!!!et ce que j'écris est authentique,je l'avais écris a madame bachelot,ainsi que pour les foyers de trisomiques,mais pas de réponses ni d'enquête,qui a bien voulue m'écouter?personne,la vérité fait peur,ou alors des malades enfermés dans leur chambre car ils sortent trop,ou âgés demandent trop,alors ont prend un torchon on l'attache a la poignée de sécurité puis a la porte et vlan!!un qui nous gêneras plus!!!quand j'ai accouchée d'un de mes enfant les pompiers de paris ont fait 4 hôpitaux qui me refusaient car pas de dossier ,je venais d'emménager et je n'avais pas eue le temps de retrouver un établissement,grâce aux pompiers qui ont exprimés leur colère le 5 eme hôpital m'as pris,et encore ils ont daignés me faire accoucher 3 jours après la perte de mes eaux,une honte retardée a souffrir ,pour éviter trop de travail,d'ailleurs vous pouvez voir quand les hôpitaux manifestent peu sont soutenus,chacun a souffert de l'indifférence des hôpitaux de leur manque d'humanité de respect envers le malade c'est vrais c'est quoi?QU'UN ÊTRE HUMAIN!!!!

15:16 hyatt 02-juil.-2010

J'ai également été confronté au monde médical pour une médiation par rapport à mon père concernant un examen inutile ayant rendu mon père lourdement handicapé.
Non seulement ,les médiations ont été faites par des personnes sachant comment il faut s'y prendre pour retourner la vapeur et pour vous culpabiliser de ne pas avoir été présente lors de l'examen pratiqué sur votre parent mais en plus il vous reproche de ne pas l'avoir surveiller après l'examen inutile et ensuite ils vous disent qu'une enquête va être faite mais en réalité tout est ficelé d'avance et même si il y a eu négligences ,ils vous diront que l'erreur est humaine et tout cela est une suite logique à des tas de négligences successives ;Tout cela est en réalité causé par
à un manque d'effectifs et de coordination mais aussi par l'excès d'examens faits sur des gens bien portants parfois âgés, confiants et naifs pour remplir les caisses déjà vides.
Quand il y a négligence,la famille aimerait avoir des excuses ou une aide pour faire face à ce désastre et à ce chagrin et au lieu de cela nous nous retrouvons seuls et dans un profond désarroi.
La justice n'a rien à faire dans ce problème humain ,elle se mettra du côté du plus fort ,ce devrait être le milieu médical qui devrait reconnaître ses erreurs afin d'améliorer la médecine humaine et non la médecine jack pot en nous disant tout simplement :"Pardon,nous prendrons garde à ce que cela ne se reproduise plus et nous allons vous aider à surmonter ce chagrin"

14:56 creuseland 02-juil.-2010

erreur de ma part, pas radiologie mais radiothérapie de Guéret en Creuse, plus grave encore. Mais on s'en fiche des campagnards.

14:55 creuseland 02-juil.-2010

surtout le centre de radiologie de Guéret, fermé par manque de monde en attendant ceux qui sont "très"malade vont où ? Mme Roselyne regarder les gens en face.

14:52 creuseland 02-juil.-2010

notre chère ministre de la santé n'est même pas pharmacien, elle était seulement représentante en pharmacie, différence, grosse différence,

 

mais fille d'un député du Maine et Loire, donc "elle connait mieux que tout le monde"

14:38 yayak46louis49 02-juil.-2010

Moi je pense que rien ne serait arrivé à cette personne si la Sinistre pardon la Ministre de la santé avec l'aval du Président n'avait pas fermé autant de lits aux Urgence mais aussi dans tous les Hôpitaux celà ne serait pas arrivé.

Celà me rappel vaguement l'été 2003 et la canicule et se chère Ministre de la santé qui était en vacances et qui se foutait pas mal de e que disait un certain docteur Pelous sur le manque de lit mais aussi de la canicule.

Donc je dis que si la Justice était VRAIMENT indépendante elle ne classerait pas sans suite cette affaire!!!!!!!!!!! Voilà mon avis mais certains pensent à leur carrière avant la justice!!!

Il y a environs 30ans dans les Hôpitaux le personnel était nombreux et pouvait faire leur travail correctement, maintenant avec 2à 3 fois moins de personnel il faut faire le même travail,

J'aimerais demander à la Ministre de la santé depuis combien de temps elle n'a pas travaillé dans un Hôpital, il est vraie qu'elle n'est que Pharmacienne si mes souvenir sont bon, donc aucune compétence dans le milieu Hospitalier!!!!!!!!!

13:42 Myscha 02-juil.-2010

Malheureusement et c est honteux dans ce pays, toute personne qui ne fait pas partie des elites, ou d une famille specifique, ne s appelle pas d un nom de notoriete publique voit a 98% les plaintes deposees pour telle ou telle raison classees sans suite, et cela meme si plein d arguments en faveur d un proces ont ete produits. Ca s appelle deux poids deux mesures, republique bananiere, etc...Je parle en connaissance de causes, pour des raisons bien differentes j ai fait appel a la justice depuis 1990 et toutes mes plaintes ont ete classees, a mon detriment et au profit du truand! mais comme je l ai souvent dit, j ai eu le tort de ne pas m appeler Chirac ou autre, de n etre personne et surtout, surtout, de ne pas avoir d ami pourri avocat dans mes relations et de ne pas TRES BIEN CONNAITRE LE PROCUREUR!!!! celui qui fait gagner les proces....au detriment de la JUSTICE.

12:32 nordpascalais 02-juil.-2010

c'est malheureux
deja dans les annees 80 , 90 il y avait un probleme de disponibilite de lits plus du à une hyperspecialisation des services que de manque de lit

11:41 jmcou76 02-juil.-2010

Avant de jeter cette triste histoire en pâture au bon peuple, peut-être aurait-il fallu donner la parole au "camp d'en face", ou à tout le moins les attendus du jugement.
C'est très facile d'accuser les certes imparfaits service d'urgence des hôpitaux, souvent débordés. Il faut avoir travaillé dans ces services (je l'ai fait autrefois) pour savoir que le médecin de garde a parfois bien du mal à concilier son travail de médecin et la recherche d'une chambre libre. Il est bien souvent plus facile à réveiller (car il dort rarement) que l'administrateur de garde, au chaud chez lui, et qui, quasi invariablement, répond au premier, qui lui fait part de ses difficultés, qu'il n'a qu'à se débrouiller...
Ce pays est par ailleurs sous-médicalisé, la faute à une politique de courte-vue menée depuis une quarantaine d'année par des gouvernements de tous bords, qui ont prétendu qu'une nette limitation du nombre des médecins formés entraînerait une baisse des dépenses, comme si parce qu'il y avait moins de médecins il y aurait moins de malades...
Résultat : nous sommes au bord d'une catastrophe sanitaire, et ce ne sont pas les mesurettes annoncées qui résoudront le problème...

Partager cet article

commentaires