Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 18:37

-------------- 

6. Céphalées et migraines

Les céphalées constituent une des causes les plus fréquentes de consultation en pédiatrie [5]. Dans la grande majorité des cas, il s’agit de migraines et de céphalées psychogènes chez les enfants d’âge scolaire et les adolescents.

 

 


L’imagerie est rarement utile en l’absence d’élément clinique d’appel faisant suspecter des céphalées lésionnelles [14].
- douleurs permanentes ou augmentant en fréquence ou en intensité
- douleurs nocturnes ou aux changements de position, à la défécation, à l’effort
- changement de comportement et/ou du caractère, épilepsie ou anomalies à l’examen neurologique.
L’IRM est plus performante que le scanner pour rechercher des malformations vasculaires non rompues, une malformation de Chiari 1, voire une dissection carotidienne ou vertébrale.
En pratique quotidienne, le scanner sans injection de produit de contraste, est le plus souvent suffisant pour éliminer une pathologie tumorale ou une hémorragie méningée.

7. Les symptomatologies médullaires aiguës

Il s’agit de la seule urgence véritable en IRM, à la recherche d’une compression médullaire.
En l’absence de tumeur intracanalaire, il faut penser à une maladie inflammatoire cérébro médullaire et, dans ce cadre, pratiquer (non nécessairement en urgence) une étude complète de la moelle avec des séquences STIR, à la recherche de plaques ou d’anomalies de signal intramédullaires (myélite transverse, plaques de SEP). Dans ce cadre, il est indispensable de pratiquer au moins une séquence FLAIR sur l’encéphale à la recherche de plaques sus ou soustentorielles infracliniques.

8. Le torticolis persistant

Lorsque les radiographies du rachis cervical de face et de profil sont normales (absence de malformation vertébrale, de vertébra plana…), il est indispensable de pratiquer une IRM cérébrale afin de vérifier, non pas tant l’absence d’une tumeur de la fosse postérieure qui peut être éliminée sur un scanner, mais surtout l’absence de malformation de Chiari.

 

 Dans cette hypothèse, la présence d’une symptomatologie d’effort est très évocatrice du diagnostic : il peut s’agir de céphalées d’effort, voire de radiculalgie d’effort.

Table 1 : Traumatismes crâniens de l’adulte.
Classification clnique selon DJ Masters et al [19]

Groupe 1 (risques faibles)

• patients asymptomatiques
• céphalées
• sensation de vertiges
• hématome, blessure, contusion ou abrasion du scalp
• absence de signe des groupes 2 et 3


Groupe 2 (risques modérés)

• vomissements
• modification de la conscience
• céphalées croissantes
• crise comitiale
• histoire peu fiable
• prise de substance
• lésions faciales sévères
• signes de fracture basilaire
• fractures avec dépression ou pénétrante


Groupe 3 (risques élevés)

• altération du niveau de conscience
• diminution progressive de l'état de conscience
• signes neurologiques focaux
• plaie pénétrante
• embarrure
• polytraumatisme (au moins deux lésions)

Tableau 2 :
Indication de l'imagerie dans les traumatismes craniens du nourrisson et de l'enfant

Pas de radio de crâne
(sauf maltraitance)
Scanographie en cas de
  • vomissements répétés ou
après intervalle libre
  • signes neurologique focaux
  • convulsions
  • troubles de la conscience
initiaux ou secondaires
  • suspicion de maltraitance
  • embarrure, lésion
pénétrante et plaie sévère de
la face
  • polytraumatisme

 

Tableau 3
Critères du diagnostic des neurofibromatoses de type 1 [25]

Le diagnostic de NF est établi sur la présence d’au moins 2 des critères suivants :
- au moins 6 taches café au lait de plus de 5mm de diamètre chez les individus prépubères et de plus de 15mm chez des individus pubères,
- au moins 2 neurofibromes ou un neurofibrome plexiforme,
- des lentigines axillaires ou inguinales,
- un gliome des voies optiques,
- au moins 2 nodules de Lisch,
- une lésion osseuse caractéristique comme une dysplasie sphénoïde, un amincissement de la corticale des os longs avec ou sans pseudarthrose,
- un parent du premier degré atteint de NF suivant les critères précédents.

Partager cet article

commentaires