Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 11:54

 

Le centre hospitalier inaugure ses nouveaux équipements

samedi 03.07.2010, 05:03  - La Voix du Nord

 Le nouveau scanner du service radiologie peut supporter une charge allant jusqu'à 220kg. Le nouveau scanner du service radiologie peut supporter une charge allant jusqu'à 220kg.

|  LES VISAGES DE L'ACTUALITÉ |

Du département « pas de chance » au département « plus de chance ». La directrice du centre hospitalier de Beuvry, Marie-Josée Cabanel, s'est félicitée jeudi des progrès faits dans le Pas-de-Calais en matière d'équipement médical. Une avancée illustrée par l'inauguration, à l'hôpital, d'un scanner et d'un écho endoscope à contraste.

 

PAR ALINE CHARTREL

bethune@info-artois.fr

Scanner.- Il s'appelle Somatom AS+ et coûte la bagatelle d'un million d'euros. En septembre dernier, l'hôpital s'en est équipé pour son service de radiologie. « L'ancien appareil permettait de faire 4 coupes du corps humain par rotation, celui-ci en fait 128 », contraste Dr Bachir Makki, chef du département d'imagerie médicale. En 2009, avec dix mille scanners réalisés, le centre hospitalier se situait déjà dans la fourchette haute de la moyenne régionale. Pourtant, Bachir Makki transmet la demande d'acquisition d'une nouvelle machine à sa direction. L'achat, en partie financé par la Région. en valait la peine.

« Avec ce scanner, on se situe parmi les meilleurs niveaux du bassin d'Artois », reprend le docteur. Un très haut niveau de définition, un traitement de l'image en relief, la possibilité de visualiser les tendons et ligaments d'une cheville, d'étudier les artères coronaires, de procéder à une côloscopie virtuelle à partir des coupes obtenues... Autant d'innovations que propose le nouveau meilleur ami de la radiologie. Sans compter qu'il irradie peu et peut couvrir 1,85 m en 12 secondes.

De quoi soulager les médecins ? Philippe Duhamel, praticien, illustre en toute simplicité : « Avant, pour faire un scanner thoracique, il fallait 20 secondes de passage dans le tube. Là, trois secondes et c'est fini. » Écho endoscope à contraste.- Avoir recours à l'écho endoscopie, autrement dit un échographe situé au bout d'un tube servant à explorer notre intérieur, est monnaie courante dans le milieu médical. La combiner à la technique de contraste échographique, moins. « C'est une pratique très peu répandue », admet Dr Christophe Plane, chef du service de gastro-entérologie. Si peu que trois centres en disposent en France, un à Paris, un à Lyon... et un à Beuvry. La raison : « Il faut être à la fois très spécialisé pour l'endoscopie, et très spécialisé pour le contraste. » Un problème de compétence auquel s'ajoute l'inconnue financière. L'hôpital et le conseil général auront déboursé 107 000 euros pour l'obtenir, même si « c'est dur de faire comprendre ce qu'est et à quoi sert un tel appareil car il est ultra spécialisé », précise Christophe Plane.

Depuis qu'il l'a, il s'en sert tous les jours, mais pas dans tous les cas. Le recours à l'écho endoscopie se fait à 80 % pour les cancers, mais aussi pour les lithiases, ou calculs. Le contraste, lui, est surtout utile pour les cancers. « C'est le seul moyen précis pour décider de la marche à suivre. » Et éviter l'opération des patients quand elle est peu indiquée. •

 

 

 

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Bethune/actualite/Secteur_Bethune/2010/07/03/article_le-centre-hospitalier-inaugure-ses-nouve.shtml

 

 

 

Partager cet article

commentaires