CATEGORIES

EPAULE -SHOULDER MEMBRE SUP MAIN

Jeudi 2 août 2007 4 02 /08 /Août /2007 16:02

 KYSTES DOIGTS  MUCOIDES PSEUDO-MUCOIDES


.

http://www.hopitalsaintlouis.org/Infos/main_kystemucoide.htm

 

 

 

 

http://membres.lycos.fr/pathomain/tumeur_1x.html


.
TUMEURS KYSTES MAIN
.

Par SPINNEUR - Publié dans : EPAULE -SHOULDER MEMBRE SUP MAIN
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 6 juillet 2007 5 06 /07 /Juil /2007 13:01
http://www.ingentaconnect.com/content/klu/330/2004/00000014/00000008/art00011?crawler=true

-

 
 

Abstract:

The anterior glenohumeral joint capsule: macroscopic and MRI anatomy of the fasciculus obliquus or so-called ligamentum glenohumerale spirale

Authors: Merila, M.1; Leibecke, T.2; Gehl, H.-B.2; Busch, L.-C.3; Russlies, M.4; Eller, A.1; Haviko, T.1; Kolts, I.5

Source: European Radiology, Volume 14, Number 8, August 2004 , pp. 1421-1426(6)

Publisher: Springer

  •  
 
Key:
Free Content - Free content
New Content - New Content
Subscribed Content - Subscribed Content
Free Trial Content - Free Trial Content

Abstract:

The purpose of this study was to demonstrate the macroscopic and MRI anatomy of the fasciculus obliquus, otherwise known as the ligamentum glenohumerale spirale or spiral GHL of the anterior shoulder joint capsule. 

Conventional and MR arthrography (1.5-T device Somatom Symphony, Siemens with shoulder coil) images in standard planes were compared with gross anatomic dissection findings in six fresh shoulder specimens from three cadavers. 

The MR imaging protocol included T1, 
PD and DESS 3D WI sequences.
 
The macroscopically recognisable band—

the spiral GHL

—was identified by anatomic dissection and MRI in all the specimens. 

It was best visualised by MR arthrography on axial and oblique sagittal planes (T1; PD WI) and appeared as a low signal intensity stripe within the superficial layer of the anterior joint capsule.

The absence of the variable middle glenohumeral ligament did not influence the anatomic properties and the MR imaging of the spiral GHL. 

Diagnostic visualisation of the normal anatomic structures is a prerequisite to distinguish between normal and pathologic conditions. 

Anatomy of the spiral GHL can be used by radiologists for more detailed interpretation of the anterior shoulder joint capsule ligaments on MR images.

Keywords: Shoulder; MRI; MR arthrography; Ligaments

Document Type: Research article

Par SPINNEUR - Publié dans : EPAULE -SHOULDER MEMBRE SUP MAIN
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 16 juin 2007 6 16 /06 /Juin /2007 17:37


EXTRINSIC RADIOCARPAL LIGAMENTS .

http://www.cma.ca/index.cfm/ci_id/16293/la_id/
1.htm


-

 

Canadian Association of Radiologists Journal 1996; 47: 417-422

[résumé]


Adler, Logan, Janzen, Connell -- Department of Radiology; Favero, Gropper, Lawson -- Department of Orthopaedic Surgery; Boyle -- Department of Plastic Surgery, University of British Columbia and Vancouver Hospital and Health Sciences Centre, Vancouver, BC

Address for correspondence: Dr. Douglas G. Connell, Department of Radiology, Vancouver Hospital and Health Sciences Centre, 855 W 12th Ave., Vancouver BC V5Z 1M9

Submitted Apr. 19, 1995
Revision requested June 30, 1995
Resubmitted May 15, 1996
Accepted May 21, 1996

© 1996 Canadian Association of Radiologists (text, abstract/résumé)


Abstract

Objective: To determine whether magnetic resonance imaging (MRI) in planes of imaging parallel to the known course of the extrinsic radiocarpal ligaments of the wrist aids in the visualization of these structures. Subjects and methods: MRI was performed on 32 wrists: a single normal cadaveric wrist, 23 normal wrists in volunteers and 8 wrists in patients with known scapholunate dissociation and rotatory scaphoid subluxation. Proton-density and T2-weighted images were obtained in the sagittal plane and gradient recalled echo images in an oblique sagittal plane, selected to parallel the extrinsic radiocarpal ligaments. The images were interpreted by two musculoskeletal radiologists. Each of the six main extrinsic ligaments was assessed for visualization or nonvisualization, and the morphologic features of those visualized were documented. Results: With the exception of the dorsal radioscaphoid ligament, the volar and dorsal extrinsic radiocarpal ligaments were all consistently visualized in the normal wrists. For the eight cases of scapholunate dissociation, MRI demonstrated underlying rupture or thickening of the volar radioscaphocapitate ligament in all wrists and of the dorsal radiolunate ligament in five. Conclusion: MRI in the true and oblique sagittal planes can consistently demonstrate the extrinsic radiocarpal ligaments of the wrist. With this technique, extrinsic ligamentous abnormality can be demonstrated in patients with scapholunate dissociation and rotatory scaphoid subluxation.

Key words: extrinsic radiocarpal ligaments, magnetic resonance imaging


Résumé

Objectif : Évaluer l'apport de l'imagerie par résonance magnétique (IRM), pratiquée en plans parallèles à l'axe des ligaments extrinsèques radiocarpiens du poignet, à la visualisation de ces structures. 

Matériel et méthodes : Les auteurs ont examiné par IRM 32 poignets dont 1 normal chez un cadavre, 23 normaux chez des volontaires et 8 chez des patients souffrant de dissociation scapholunaire avec subluxation rotatoire du scaphoïde, en obtenant d'abord des séquences pondérées en temps protonique et T2 en incidence sagittale parfaite suivie d'une séquence écho de gradient (recall) en sagittale oblique orientée dans l'axe des ligaments extrinsèques radiocarpiens. 

Deux radiologistes spécialisés en radiologie ostéoarticulaire ont interprété les images, en qualifiant chacun des six principaux ligaments extrinsèques de non visualisé ou de visualisé, avec annotation de particularités morphologiques chez ces derniers. Résultats :
 Tous les ligaments extrinsèques palmaires et dorsaux (sauf les radioscaphoïdiens dorsaux) furent constamment visualisés dans les examens de poignets normaux.
 
Chez les huit patients avec dissociation scapholunaire, l'IRM mit en évidence une déchirure sous-jacente ou un épaississement cicatriciel du ligament radioscapho-grand os palmaire dans tous les cas, et du radiolunaire dorsal dans cinq cas. Conclusion : L'examen IRM du poignet en incidence sagittale orthogonale et oblique montre bien les ligaments extrinsèques radiocarpiens et permet donc d'identifier les anomalies ligamentaires dans les dissociations scapholunaires.


 

Advertisement
 
 
 
 
 
 
Send link by email Print it

-

 


 

Advertisement
 
 
 
 
 
 
 
Par SPINNEUR - Publié dans : EPAULE -SHOULDER MEMBRE SUP MAIN
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 11 juin 2007 1 11 /06 /Juin /2007 17:05


POIGNET  WRIST


ANATOMIE   WIKIPEDIA 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Poignet 

Le poignet est une région du membre supérieur située entre la main et l'avant-bras, et contenant le carpe.

Élément-clé pour le fonctionnement de la main, il permet les mouvements (c'est-à-dire les changements de place et d’orientation) de la main par rapport à l’avant-bras, transmet les forces appliquées de la main à l’avant-bras, permet d'adapter la capacité de flexion-extension maximale des doigts et de la préhension.

 

 

 

 

Les os du poignet
Les os du poignet

Les os constituant le poignet sont représentés par l'extrémité inférieure du radius, du cubitus (ou ulna), de la première rangée (rangée proximale) et la deuxième rangée des os du

Par SPINNEUR - Publié dans : EPAULE -SHOULDER MEMBRE SUP MAIN
Voir les 0 commentaires
Mercredi 6 juin 2007 3 06 /06 /Juin /2007 11:39

POIGNET  WRIST

ANATOMIE   WIKIPEDIA 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Poignet 

Le poignet est une région du membre supérieur située entre la main et l'avant-bras, et contenant le carpe.

Élément-clé pour le fonctionnement de la main, il permet les mouvements (c'est-à-dire les changements de place et d’orientation) de la main par rapport à l’avant-bras, transmet les forces appliquées de la main à l’avant-bras, permet d'adapter la capacité de flexion-extension maximale des doigts et de la préhension.

Sommaire

[masquer]

Anatomie [modifier]

Ostéologie [modifier]

Les os du poignet
Les os du poignet

Les os constituant le poignet sont représentés par l'extrémité inférieure du radius, du cubitus (ou ulna), de la première rangée (rangée proximale) et la deuxième rangée des os du carpe.

L'extrémité inférieure du radius est volumineuse, légèrement aplatie d´avant en arrière. Sa surface articulaire est appelée la glène radiale. Sa face externe se prolonge par l´apophyse styloïde radiale. Sa face inférieure présente deux surfaces articulaires : une surface externe pour le scaphoïde et une surface interne pour le semi-lunaire. Sa face interne présente une surface articulaire pour la tête du cubitus.

L'extrémité inférieure du cubitus (tête du cubitus) présente deux saillies osseuses. La tête du cubitus, qui a la forme d´un segment de sphère est couverte par le ligament triangulaire du poignet. La partie antérieure et externe s´articule avec le radius, au niveau de l'incisure ulnaire. L´apophyse styloïde du cubitus est située en postéro–interne.

La première rangée des os du carpe est composée du scaphoïde, du semi-lunaire (ou lunatum), du pyramidal (ou triquetrum), et de l'os pisiforme.

La deuxième rangée (rangée distale) est composée du trapèze (ou trapezium), du trapézoïde (ou trapezoidum), du grand-os (ou capitatum) et de l'os crochu (ou hamatum).

Arthrologie [modifier]

L'articulation radio-carpienne [modifier]

L'articulation radio-carpienne unit d'une part la cavité glénoïde de l'extrémité inférieure du radius, la tête du cubitus et, d'autre part, le condyle carpien composé des surfaces articulaires du scaphoïde, du semi-lunaire, et du pyramidal.

Elle est constituée de la cavité glénoïde radiale, de la tête du cubitus. Ces deux éléments s'articulent à ce niveau par le biais du complexe fibro-cartilagineux triangulaire, aussi appelé ligament triangulaire) et la première rangée des os du carpe.

Les surfaces articulaires supérieures du scaphoïde et du semi-lunaire s'articulent avec la cavité glénoïde radiale respectivement par le biais de la fossette articulaire scaphoïdienne et de la fossette articulaire lunarienne.

La cavité glénoïde se prolonge vers le dedans par la face inférieure du complexe fibro-cartilagineux triangulaire, à laquelle répond la surface articulaire supérieure du pyramidal. Il s'agit d'une articulation de type condylienne possédant deux degrés de mobilité articulaire.

La capsule articulaire est lâche et mince en arrière et est renforcée par de nombreux ligaments.

Articulation médio-carpienne [modifier]

Elle réunit quant à elle les deux rangées du carpe. Son interligne articulaire est en forme de "S".

La première courbure, convexe vers le bas, représente l'interligne articulaire entre le scaphoïde et le bloc trapèze-trapézoïde.

La seconde courbure, concave vers le bas, représente quant à elle l'interligne articulaire entre le grand-os et l'os crochu d'une part et le scaphoïde, le semi-lunaire et le pyramidal d'autre part.

Les os constituant la rangée proximale possèdent une certaine mobilité les uns par rapport aux autres, contrairement à la rangée distale dont les os sont unis entre eux et aux métacarpiens par des ligaments assez rigides.

La capsule articulaire est assez "serrée" en avant, mais lâche en arrière.

Articulations carpo-métacarpiennes [modifier]

Il s'agit des différentes articulations entre les cinq métacarpiens et la deuxième rangée des os du carpe.

Le système ligamentaire [modifier]

Le système ligamentaire du poignet doit être un juste équilibre entre les contraintes nécessaires au maintien de la stabilité du poignet et la grande maniabilité qui caractérise cette région.

Aucun muscle ne s'insérant sur la rangée proximale des os du carpe, la stabilité de celle-ci dépend exclusivement des ligaments qui s’y attachent ou qui la croisent.

Le plan ligamentaire palmaire (antérieur) est épais et résistant alors que le plan dorsal (postérieur) est plus fin et moins important. La majorité des ligaments du poignet est palmaire et intra-capsulaire. La fonction des différents ligaments est expliquée par l'orientation de leurs fibres.

Les ligaments du poignet ont fait l'objet de nombreuses études. Les descriptions et nomenclatures, de même que les classifications, sont nombreuses ; ceci en raison d'une grande variabilité entre les individus.

Système ligamentaire palmaire (antérieur) [modifier]

Vue antérieure des ligaments du poignet
Vue antérieure des ligaments du poignet

Il comprend des ligaments dits extrinsèques qui unissent les deux os de l'avant-bras aux os du carpe et des ligaments dits intrinsèques, qui unissent les os du carpe les uns aux les autres.

La configuration générale des ligaments palmaires est une structure en "V" avec une zone de faiblesse potentielle (l'espace de Poirier) située au-dessus de l'articulation luno-capitale (articulation entre le semi-lunaire et le grand os).

Le plan ligamentaire palmaire est constitué de différentes formations souvent intriquées les unes aux autres et difficiles à différencier.

Les ligaments extrinsèques [modifier]

Ils regroupent les ligaments radio-carpiens (entre le radius et les os du carpe) et les ligaments ulno-carpiens (entre le cubitus et les os du carpe).

Les ligaments radio-carpiens ont tous une insertion proximale au niveau de l'extrémité inférieure du radius et une insertion distale sur un ou plusieurs os du carpe :

  • Le ligament radio-scapho-capital prend son origine au niveau du bord antérieur de la surface articulaire radiale. Il est orienté vers le bas et le dedans, et va s'insérer au niveau du scaphoïde. Des fibres vont s'entrecroiser avec celles du ligament ulno-capital. Une petite partie de ce ligament va s'insérer quant à elle sur le grand os.
  • Le ligament radio-lunaire s'insère en dedans du ligament radio-scapho-capital. Son point de départ est situé sur le bord antérieur de la surface articulaire radiale, ses fibres sont parallèles à celles du ligament radio-scapho-capital. Il passe au-dessus du scaphoïde sans s'y attacher. Il est divisé en deux faisceaux : la portion longue et la portion courte.
  • Le ligament radio-scapho-lunaire (ou ligament de Testut), dont l'origine se situe entre la portion longue et courte du ligament radio-lunaire, voit ses fibres se perdre dans le ligament interosseux scapho-lunaire. Il correspond au frein antérieur du semi-lunaire.

Les ligaments ulno-carpiens comprennent :

  • Le ligament ulno-capital prend son origine directement au niveau de la tête du cubitus, au niveau de la fovéa. Il est oblique vers le bas et le dehors. Au cours de son trajet, il va aller renforcer la portion palmaire du ligament interosseux luno-triquetral ; puis, au niveau de l'articulation médio-carpienne, il va s'orienter radialement et ses fibres vont s'intriquer à celles du ligament radio-scapho-capital. Il va également laisser quelques fibres pour le grand os.
  • Le ligament ulno-lunaire prend quant à lui son origine du ligament radio-ulnaire palmaire. Il est situé à côté du ligament radio-lunaire court dont il suit la direction, puis s'insère sur la face palmaire du semi-lunaire.
  • Le ligament ulno-triquetral prend également son origine du ligament radio-ulnaire palmaire, en dehors du précédent, et va s'insérer sur le pyramidal.

Les ligaments intrinsèques [modifier]

Ils regroupent les ligaments scapho-trapézo-trapézoidien, scapho-capital, triquetro-capital et triquetro-hamatien.

  • Le ligament scapho-trapézo-trapézoidien s'insère sur le pôle distal du scaphoïde, puis se scinde en deux sous forme d'un "V" inversé dont les branches vont aller s'insérer respectivement sur le trapèze et le trapézoïde.
  • Le ligament scapho-capital a son origine également sur le pôle distal du scaphoïde, est oblique vers le bas et le dedans, et va s'insérer sur le bord externe du corps du grand os.
  • Le ligament triquetro-capital prend son insertion proximale au niveau du pyramidal, est oblique vers le bas et le dehors, et s'insère sur le bord externe du corps du grand os.
  • Le ligament triquetro-hamatien s'insère sur le pyramidal, en externe par rapport au précédent, et va rejoindre la face palmaire (antérieure) de l'os crochu.

Système ligamentaire dorsal (postérieur) [modifier]

Vue postérieure des ligaments du poignet
Vue postérieure des ligaments du poignet

Les ligaments extrinsèques [modifier]

Le ligament radio-carpien dorsal est tendu du bord postérieur de la surface articulaire inférieure radiale. Il est oblique vers le bas et de dedans, et va s'insérer sur le tubercule postérieur du pyramidal en abandonnant des fibres pour le semi-lunaire et sur la portion dorsale du ligament interosseux luno-triquetral. Il a également été référencé par certains auteurs sous le terme de ligament radio-triquetral dorsal et ligament radio-luno-triquetral dorsal, dont le faisceau radio-lunaire correspond au frein postérieur du semi-lunaire.

Les ligaments intrinsèques [modifier]

Le ligament inter-carpien dorsal prend son origine du scaphoïde, s'attache sur la corne postérieure du semi-lunaire pour aller se terminer à la face postérieure du pyramidal. Il est parfois décrit donnant des fibres vers le grand os, le trapèze ou le trapézoïde. Pour d'autres auteurs, ces dernières fibres constituent un autre ligament à part entière.

Il existe un renforcement capsulaire inconstant, qui est alors appelé ligament triquetro-hamatien dorsal, tendu entre le pyramidal et l'os crochu.

Ligaments interosseux [modifier]

Les ligaments proximaux [modifier]

Ils sont au nombre de deux. Ils couvrent la face proximale, palmaire et dorsale de leurs articulations respectives. Chaque partie a des caractéristiques histologiques différentes qui permettent de les diviser en région palmaire, dorsale et proximale.

  • Le ligament interosseux scapho-lunaire est tendu entre le scaphoïde et le semi-lunaire. Son faisceau palmaire est fin et ses fibres sont orientées obliquement. Son faisceau dorsal est constitué de fibres solides de collagène orientées transversalement. Son faisceau proximal est fibro-cartilagineux.
  • Le ligament interosseux luno-triquetral est tendu entre le semi-lunaire et le pyramidal. Son faisceau palmaire est formé de fibres transversales. Son faisceau dorsal est plus fin ; ses fibres passent en pont au-dessus du ligament luno-triquetral. Son faisceau proximal est fibro-cartilagineux. Il est plus puissant et moins souple que le ligament scapho-lunaire et n'autorise que peu de mouvements entre les os qu'il réunit.

Les ligaments distaux [modifier]

Ils sont représentés par :

Chacun d'entre eux est divisé en une composante palmaire et une composante dorsale, les deux derniers possèdant de plus une composante profonde.

L'ensemble des ligaments précédemment décrits unissant le grand os aux autres os du carpe forme une structure étoilée appelée ligament rayonné de Poirier.

A noter qu'il n'existe pas de connexion directe entre le semi-lunaire et les os de la rangée distale et notamment de ligament luno-capital, ceci diminuant la stabilité du semi-lunaire sur la tête du grand os.

Biomécanique du poignet [modifier]

A partir de la position de repos, le poignet dispose de deux degrés de mobilité :

La combinaison, à divers degrés, de ces mouvements va permettre au poignet un large secteur de mobilité.

Les mouvements de latéralité [modifier]

Lors des mouvements de latéralité, les os de la première rangée du carpe décrivent un mouvement harmonieux et synchrone de rotation autour d'un axe dorso-palmaire passant par la tête du grand os.

Ces mouvements ont lieu au niveau des articulations radio-carpienne et médio-carpienne selon une répartition variable.

Abduction [modifier]

Encore appelée déviation radiale, ce mouvement a une amplitude d'environ 15 à 25°, les deux tiers du mouvement ayant lieu au niveau de l'articulation médio-carpienne.

Le scaphoïde bascule selon son grand axe et s'horizontalise, son pôle proximal se dirigeant vers l'arrière, entraînant une diminution de "l'espace utile" entre le bloc trapézo-trapézoïdien et la glène radiale, ce qui permet au trapèze et au trapézoïde de se rapprocher du radius. Le trapézoïde et le deuxième métacarpien étant fermement unis, ceci provoque une traction sur cette unité fonctionnelle. Le semi-lunaire va légèrement basculer sa corne postérieure vers l'avant (flexion palmaire). Le pyramidal, quant à lui, glisse le long de sa surface articulaire commune avec l'os crochu, se mettant lui aussi en flexion palmaire.

Tous ces mouvements individuels vont se traduire par une mise en flexion de la première rangée des os du carpe.

Lors de ce mouvement, les contraintes mécaniques au niveau du ligament interosseux scapho-lunaire sont importantes.

Adduction [modifier]

Encore appelée déviation cubitale, ce mouvement a une amplitude d'environ 40 à 50°, la moitié de ce mouvement ayant lieu au niveau de l'articulation médio-carpienne.

Le scaphoïde va se verticaliser, accompagné d'une légère bascule palmaire de son pôle proximal, entraînant un glissement radial de la première rangée des os du carpe : le semi-lunaire se voit donc imposer une bascule dorsale (extension), tout en basculant vers le dedans, ce qui l'éloigne du scaphoïde. Le grand os va basculer en dedans au niveau de son extrémité distale et aura tendance à chasser le scaphoïde du côté radial, ce qui augmente l'écart entre le scaphoïde et le semi-lunaire. Le pyramidal va également, lors de ce mouvement, glisser le long de son interface articulaire avec l'os crochu, mouvement qui va se traduire cette fois par une flexion dorsale.

L'association de ces mouvements individuels va se traduire par une mise en extension de la première rangée des os du carpe.

Mouvements de flexion - extension [modifier]

Les mouvements de flexion et d'extension ont lieu au niveau des articulations radio-carpienne et médio-carpienne selon une répartition variable.

Les os de la première rangée du carpe se déplacent vers l'avant lors de l'extension et vers l'arrière lors de la flexion, de façon conjointe même si l'amplitude de mouvement du scaphoïde est plus importante que celle du semi-lunaire ou du pyramidal (ceci en raison de la structure du ligament interosseux scapho-lunaire qui est plus lâche dans sa partie antérieure que postérieure).

L'amplitude des mouvements de flexion et d'extension est d'environ 85°. Le mouvement de flexion a lieu pour 40 % dans l’articulation radio-carpienne et pour 60 % dans l’articulation médio-carpienne. Le mouvement d'extension a lieu pour 70 % dans l’articulation radio-carpienne et pour 30 % dans l’articulation médio-carpienne.

En flexion, le scaphoïde bascule en arrière au niveau de son pôle proximal, et tend ainsi à s'horizontaliser. Le semi-lunaire, quant à lui, bascule en flexion. En extension, le scaphoïde va se verticaliser et le semi-lunaire va basculer en extension. L'angle scapho-lunaire s'ouvre donc en extension et se ferme en flexion.

Lors du mouvement de flexion, la flexion du scaphoïde s’accompagne d’une pronation et celle du semi-lunaire d’une supination. Ce qui tend à rapprocher les deux os. En extension, le scaphoïde décrit au contraire un mouvement de supination et le semi-lunaire, un mouvement de pronation, ce qui tend donc à éloigner ces deux os.

Les axes de mouvements sont transversaux et passent par le semi-lunaire pour la première rangée et par le grand os pour la deuxième rangée.

Associations de mouvements [modifier]

Les mouvements de flexion, d'extension ainsi que les mouvements de latéralité ne sont pas des mouvements simples qui s'effectuent autour d'un seul axe mais sont le plus souvent associés.

Ainsi, lors de l'abduction, une flexion dorsale se produit dans la première rangée des os du carpe, mais ce mouvement n'est pas apparent car il est compensé par une flexion palmaire de la deuxième rangée. De plus, la première rangée se met en supination, tandis que la deuxième rangée se met en pronation, mouvements qui s'annulent également.

L'adduction, quant à elle, s'accompagne d'une flexion et pronation de la première rangée et d'une extension et supination de la deuxième rangée. Ces mouvements s'annulent ainsi.

La flexion est automatiquement associée à une inclinaison radiale tandis que l'extension est associée à une inclinaison cubitale.

Certaines limitations d'amplitude sont liées à la structure du massif carpien. C'est ainsi qu'un mouvement d'abduction n'est pas possible dans la flexion palmaire maximale, car la première rangée des os du carpe ne peut alors se déplacer, ni basculer.

****************************

Pathologies du poignet [modifier]

Fractures [modifier]

  • fracture du scaphoïde : elle constitue 70 % des fractures intéressant les os du carpe,
  • fracture de Colles-Pouteau : la plus fréquente, elle correspond à une fracture de l'extrémité inférieure du radius et de la tête ulnaire avec déplacement dorsal et radial, secondaire à une chute sur la main avec coude tendu, l’avant-bras en pronation et poignet en extension et déviation radiale,
  • fracture de Goyrand-Smith : fracture de l'extrémité inférieure du radius avec déplacement palmaire, secondaire à une chute sur la main avec coude tendu, l’avant bras en supination et poignet en flexion et déviation ulnaire,
  • luxation péri-lunaire du carpe : sous ce terme est regroupé un large éventail de lésions qui ont en commun la perte de contact entre le grand os et le semi-lunaire, et une désorganisation de la rangée proximale du carpe.

Autres [modifier]

Voir [modifier]

http://manus.crchul.ulaval.ca/anatomie/muscles.jsp

Les Pages d'Anatomie de Frederic-Charles Cloutier

 
Introduction
 
Table des Matières
 
Topographie
 
Aponévroses
 
Cutané
 
Squelette
 
Articulations
 
Musculature
 
Innervation
 
Vascularisation
 
Annexe 1
Par SPINNEUR - Publié dans : EPAULE -SHOULDER MEMBRE SUP MAIN
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 31 mai 2007 4 31 /05 /Mai /2007 09:20

http://perso.orange.fr/site.cerval/Ed3/epaule.htmhttp://perso.orange.fr/site.cerval/Ed3/epaule.htmhttp://perso.orange.fr/site.cerval/Ed3/epaule.htm

 

IRM DE L'ÉPAULE.

1- RAPPEL ANATOMIQUE

L'articulation de l'épaule s'inscrit dans une pyramide tronquée dont le sommet est le trochiter et la base le creux axillaire. Les différents éléments musculo tendineux de la coiffe des rotateurs convergent vers le trochiter.

La face supérieure est constituée par l'auvent acromio claviculaire et le ligament coraco acromial, la bourse sous acromio deltoïdienne et le sus épineux. Le tendon du long biceps dans son trajet intra articulaire chemine de dedans en dehors et d'arrière en avant jusque au trochin, interposé entre la tête humérale et le sus épineux.

La face postérieure est essentiellement constituée par le sous épineux et le petit rond.

La face antérieure est constituée par le sous scapulaire et le tendon du long biceps dans la gouttière bicipitale.

La stabilité de l'épaule et et renforcée par le bourrelet glénoïdien, le ligament gléno huméral avec ses faisceaux supérieur moyen et inférieur etle ligament coraco huméral. Les ligaments acromio coracoïdien et coraco claviculaires renforcent le cadre osseux.

 

 

2-TECHNIQUE

Position du patient

Le patient est en décubitus dorsal, le membre supérieur le long du corps en rotation indifférente ou l'avant-bras placé sur l'abdomen. Cette position doit être la plus confortable possible pour ne pas engendrer de douleurs et des artéfacts de mouvements.

L'installation en décubitus ventral est mal supportée du fait de la durée de l'examen.

Antenne

Antenne: On utilise une antenne de surface annulaire ou flexible. Le centre de l'antenne doit être en regard du centre de de la tête humérale

Plans de coupe

Le plan frontal oblique

Le plan sagittal oblique

Le plan axial

Les trois plans sont nécessaires pour éliminer les effets de volume partiel engendrés par la construction en pyramide de l' articulation .

SEQUENCES

Le champ est de 20 centimètres environ.

Les séquences doivent être les plus courtes possible car la position dans le tunnel est très inconfortable.

Séquences complémentaire: épaules en rotation externe pour étude de la portion intra-articulaire du tendon du long biceps mais ce n'est pas indispensable.

L'étude du bourrelet glénoïdien se fait sur les séquences axiales, avec des séquences annulant le signal de la graisse. Une bonne analyse du bourrelet glénoïdien ne se réaliser qu'avec un contraste intra articulaire.

3-RESULTATS

Les coupes frontales obliques analysent le ligament acromio-coracoïdien , le sus épineux, le sous scapulaire et le tendon du long biceps dans la gouttière bicipitale.

Les coupes sagittales obliques sont les plus intéressantes car on analyse très correctement les différents éléments musculo tendineux de la coiffe, le tendon du long biceps dans son trajet intra articulaire et le ligament acromio-coracoïdien.

Les coupes axiales analysent le bourrelet glénoïdien , le sous scapulaire et le sous épineux.  


IRM

Par SPINNEUR - Publié dans : EPAULE -SHOULDER MEMBRE SUP MAIN
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 27 mai 2007 7 27 /05 /Mai /2007 09:33




-


ACROMIO-CLAVICULAIRE :

-arthrose  
-arthropathie destructrice   
- vide articulaire
- inflammatoire
- entésopathie
-entorse
- luxation   grades I  II  III
- contusion osseuse 
- Os acromial   aspect arthro-IRM 
- OSSIFICATION 

EPAULE 
 - algodystrophie 
-  artefact trochitérien    IRM  

Par SPINNEUR - Publié dans : EPAULE -SHOULDER MEMBRE SUP MAIN
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 5 mai 2007 6 05 /05 /Mai /2007 10:38

 

DOSSIER   04MAI 2007   patient 57 ans  chute ( 6 jours ? )

FRAGMENT DEPLACE ET INCARCERE EN INTER ACROMIO HUMERAL MEDIAL


-

vue coronale traitement MIP 

-

Traitement d'images en VRT

 

 

 

http://irmresonance.over-blog.com

Par SPINNEUR - Publié dans : EPAULE -SHOULDER MEMBRE SUP MAIN
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 3 mai 2007 4 03 /05 /Mai /2007 10:33

-

Mri of the Hand and Wrist (Relié)
de Thomas H. Berquist (Auteur)
 
 
photo personnelle


 
 
 
 
11 neufs et d'occasion disponibles à partir de EUR 111,09

 

 

Description du produit
JA Majors Book Info
Mayo Medical School, Rochester, MN. Text emphasizes the various applications and limitations of MRI for evaluating hand and wrist disorders. Focuses on MR anatomy, techniques, and clinical applications. Compares MR with CT, ultrasound, and other imaging techniques. Abundant halftone illustrations. For radiologists, physicians, and residents.

Détails sur le produit
  • Mri of the Hand and Wrist (Relié)
    de Thomas H. Berquist (Auteur)

    Prix : EUR 115,49 LIVRAISON GRATUITE Voir les détails

    Disponibilité : Habituellement expédié sous 9 à 14 jours. Expédié et vendu par Amazon.fr.

     
     
     
    11 neufs et d'occasion disponibles à partir de EUR 111,09

    Description du produit
    JA Majors Book Info
    Mayo Medical School, Rochester, MN. Text emphasizes the various applications and limitations of MRI for evaluating hand and wrist disorders. Focuses on MR anatomy, techniques, and clinical applications. Compares MR with CT, ultrasound, and other imaging techniques. Abundant halftone illustrations. For radiologists, physicians, and residents.

    Détails sur le produit
    • Relié: 292 pages
    • Editeur : Lippincott Williams & Wilkins (1 mai 2003)
    • Langue : Anglais
    • ISBN-10: 0781737966
    • ISBN-13: 978-0781737968
    • Classement parmi les ventes Amazon.fr : Non
      (Éditeurs : Améliorez vos ventes)

       

       Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images ?
      (Nous vous demanderons de vous identifier pour que nous puissions vous répondre.)

       

       
       
  • Editeur : Lippincott Williams & Wilkins (1 mai 2003)
  • Langue : Anglais
  • ISBN-10: 0781737966
  • ISBN-13: 978-0781737968
  • Classement parmi les ventes Amazon.fr : Non
    (Éditeurs : Améliorez vos ventes)

     

     Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images ?
    (Nous vous demanderons de vous identifier pour que nous puissions vous répondre.)

     

     
     

 

 
 
-

 

 

 

-

Par SPINNEUR - Publié dans : EPAULE -SHOULDER MEMBRE SUP MAIN
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 13 avril 2007 5 13 /04 /Avr /2007 19:18
Par SPINNEUR - Publié dans : EPAULE -SHOULDER MEMBRE SUP MAIN
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

Recherche

Liens