Dimanche 10 septembre 2006 7 10 /09 /Sep /2006 12:10
Résultats 1 - 17 sur 17 pour irm grenoble. (0,12 secondes) 

... IRM du rachis lombaire 2.4 : ...
443 x 262 pixels - 4 ko  - gif
www-sante.ujf-grenoble.fr
... IRM à 7 teslas. Cliquez sur l angio
186 x 179 pixels - 34 ko  - gif
www-u594.ujf-grenoble.fr
... IRM en premier lieu et chirurgicaux.
936 x 648 pixels - 207 ko  - jpg
neurosciences.ujf-grenoble.fr
IRM 3T Grenoble : études cliniques
100 x 100 pixels - 4 ko  - jpg
www-u594.ujf-grenoble.fr
Nouvel IRM et ambitieux projet : L ...
90 x 100 pixels - 2 ko  - gif
web.reseau-chu.org
irm.jpg
200 x 139 pixels - 6 ko  - jpg
www.chu-grenoble.fr
Carabin assidu e
80 x 80 pixels - 6 ko  - jpg
www.aemg.fr
IRM 2
160 x 132 pixels - 6 ko  - jpg
www.chu-grenoble.fr
3 mars Inauguration de l IRM SUD En ...
160 x 105 pixels - 4 ko  - jpg
www.chu-grenoble.fr
Coupe transverse obtenue par IRM d ...
128 x 128 pixels - 3 ko  - jpg
www-u594.ujf-grenoble.fr
IRM
96 x 120 pixels - 4 ko  - jpg
www-u594.ujf-grenoble.fr
PA240011.JPG M. SEGEBARTH : L IRM ...
120 x 120 pixels - 4 ko  - jpg
udppc.grenoble2004.free.fr
PA240019.JPG M. SEGEBARTH : L IRM ...
120 x 120 pixels - 4 ko  - jpg
udppc.grenoble2004.free.fr
... DOCTORALE DE PHYSIQUE DE GRENOBLE
100 x 67 pixels - 1 ko  - gif
isnpx0168.in2p3.fr
LCMI Bobines IRM - phase semi- ...
204 x 50 pixels - 3 ko  - gif
seraswww.grenoble.cnrs.fr
LCMI Bobine IRM phase semi- ...
279 x 50 pixels - 4 ko  - gif
seraswww.grenoble.cnrs.fr
     
L IRM... visite du laboratoire ...
110 x 130 pixels - 4 ko  - jpg
www.grenoble-universites.fr
     
       
       



Par SPINNEUR - Publié dans : irm resonance magnétique
Voir les 0 commentaires
Dimanche 10 septembre 2006 7 10 /09 /Sep /2006 11:55


Ischemic Stroke

>> click for a larger mage
An ischemic stroke occurs when an artery in the brain becomes blocked.

What is it?  Ischemic ("is-skeem-ic") stroke occurs when an artery to the brain is blocked.  The brain depends on its arteries to bring fresh blood from the heart and lungs. The blood carries oxygen and nutrients to the brain, and takes away carbon dioxide and cellular waste. If an artery is blocked, the brain cells (neurons) cannot make enough energy and will eventaully stop working. If the artery remains blocked for more than a few minutes, the brain cells may die. This is why immediate medical treatment is absolutely critical.

What causes it?  Ischemic stroke can be caused by several different kinds of diseases. The most common problem is narrowing of the arteries in the neck or head. This is most often caused atherosclerosis, or gradual cholesterol deposition. If the arteries become too narrow, blood cells may collect and form blood clots. These blood clots can block the artery where they are formed (thrombosis), or can dislodge and become trapped in arteries closer to the brain (embolism). Another cause of  stroke is blood clots in the heart, which can occur as a result of irregular heartbeat (for example, atrial fibrillation), heart attack, or abnormalities of the heart valves. While these are the most common causes of ischemic stroke, there are many other possible causes. Examples include use of street drugs, traumatic injury to the blood vessels of the neck, or disorders of blood clotting.

Are there different kinds of ischemic stroke? Yes. Ischemic stroke can further be divided into two main types: thrombotic and embolic.

A thrombotic stroke occurs when diseased or damaged cerbral arteries become blocked by the formation of a blood clot within the brain. Clinically referred to as cerebral thrombosis or cerebral infarction, this type of event is responsible for almost 50% of all strokes. Cerebral thrombosis can also be divided into an additional two categories that correlate to the location of the blockage within the brain: large-vessel thrombosis and small-vessel thrombosis. Large-vessel thrombosis is the term used when the blockage is in one of the brain's larger blood-supplying arteries such as the carotid or middle cerebral, while small-vessel thrombosis involves one (or more) of the brain's smaller, yet deeper penetrating arteries. This latter type of stroke is also called a lacuner stroke.

An embolic stroke is also caused by a clot within an artery, but in this case the clot (or emboli) was formed somewhere other than in the brain itself. Often from the heart, these emboli will travel the bloodstream until they become lodged and can not travel any further. This naturally restricts the flow of blood to the brain and results in almost immediate physical and neurological deficits.

>> click for a larger image
Deprived of oxygen and other nutrients, the brain suffers damage as a result of the stroke.

Who gets it?  Ischemic stroke is by far the most common kind of stroke, accounting for about 88% of all strokes.  Stroke can affect people of all ages, including children. Many people with ischemic strokes are older (60 or more years old), and the risk of stroke increases with older ages. At each age, stroke is more common in men than women, and it is more common among African-Americans than white Americans. Many people with stroke have other problems or conditions which put them at higher risk for stroke, such as high blood pressure (hypertension), heart disease, smoking, or diabetes. Click here for information about stroke risk factors and how to reduce your risk.

 

Previous Page
Stroke Types

 Illustrations by Matthew Holt - www.bodyrender.com

 


Subarachnoid Hemorrhage

>> click for a larger mage
When a cerebral aneurysm ruptures, blood will fill the space surrounding the brain.

What is it?  Subarachnoid hemorrhage occurs when a blood vessel just outside the brain ruptures. The area of the skull surrounding the brain (the subarachnoid space) rapidly fills with blood. A patient with  subarachnoid hemorrhage may have a sudden, intense headache, neck pain, and nausea or vomiting.  Sometimes this is described as the worst headache of one's life. The sudden buildup of pressure outside the brain may also cause rapid loss of consciousness or death.

What causes it?  Subarachnoid hemorrhage is most often caused by abnormalities of the arteries at the base of the brain, called cerebral aneurysms. These are small areas of rounded or irregular swellings in the arteries. Where the swelling is most severe, the blood vessel wall become weak and prone to rupture. View an interactive tutorial on cerebral aneurysms from the Toronto Brain Vascular Malformation Study Group. (Requires Flash.)

>> click for a larger image
Surgical treatment of aneurysms involves placing clip on neck of aneurysm.

Who gets it?  The cause of cerebral aneurysms is not known. They may develop from birth or in childhood and grow very slowly. Some people have not one, but several aneuryms.   Subarachnoid hemorrhage can occur at any age, including teenagers and young adults. Subarachnoid hemorrhage is slightly more common in women than men.

 


Intracerebral Hemorrhage

(Intraparenchymal hemorrhage, or intracranial hematoma, ICH)

>> click for a larger mage
When blood vessels within the brain become damaged, they are more likely to burst and cause a hemorrhage.

What is it?  Intracerebral hemorrhage occurs when a diseased blood vessel within the brain bursts, allowing blood to leak inside the brain.  (The name means within the cerebrum, or brain). The sudden increase in pressure within the brain can cause damage to the brain cells surrounding the blood. If the amount of blood increases rapidly, the sudden buildup in pressure can lead to unconsciousness or death.   Intracerebral hemorrhage usually occurs in selected parts of the brain, including the basal ganglia, cerebellum, brainstem, or cortex.

What causes it?  The most common cause of intracerebral hemorrhage is high blood pressure (hypertension). Since high blood pressure by itself often causes no symptoms, many people with intracranial hemorrhage are not aware that they have high blood pressure, or that it needs to be treated. Less common causes of intracerebral hemorrhage include trauma, infections, tumors, blood clotting deficiencies, and abnormalities in blood vessels (such as arteriovenous malformations). View an interactive tutorial on arteriovenous malformations from the Toronto Brain Vascular Malformation Study Group. (Requires Flash.)

>> click for a larger image
A ruptured blood vessel will leak blood into the brain, eventually causing the brain to compress due to the added amount of fluid.

Who gets it?  Intracerebral hemorrhage occurs at all ages. The average age is lower than for ischemic stroke. Less common than ischemic strokes, hemorrhagic strokes make up about 12% of all strokes.

 

 

 

 

|

Par SPINNEUR - Publié dans : CNS/SNC/BRAIN/CERVEAU.
Voir les 0 commentaires
Dimanche 10 septembre 2006 7 10 /09 /Sep /2006 09:46
 

Newsletter

Inscription à la newsletter

Calendrier

Septembre 2006
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>

Liens

Par SPINNEUR - Publié dans : irm resonance magnétique
Voir les 0 commentaires
Dimanche 10 septembre 2006 7 10 /09 /Sep /2006 09:44

ANTOINE PERRIN, DIRECTEUR DE L’ARH, PASSE LE RELAIS

Des retards et des avancées

Publié dans l'édition du samedi 9 septembre 2006 (page 4)

En janvier 2004, Antoine Perrin, chirurgien de profession, prenait ses fonctions à la Direction de l’Agence Régionale pour l’Hospitalisation (ARH), dossiers “Réforme Hôpital 2007” et SROS en main. Après 2 ans et demi de mandat, le haut fonctionnaire poursuit sa route en Lorraine, loin de l’aedès et du chikungunya.


SANTÉ

ANTOINE Perrin s’était fixé 2 missions en arrivant à La Réunion : aplanir les tensions entre les professionnels du Nord et du Sud de l’île au prise avec l’éternel conflit de l’équilibrage structurel entre les 2 régions et mener à terme le projet d’implantation d’un Centre hospitalier régional.

"Le CHRU viendra"

Sur le premier point, "la rivalité Nord/Sud m’a explosée à la figure dès mon arrivée", confie le Directeur de l’ARH à qui l’on a demandé de rapidement trancher sur la zone d’implantation de la Banque des tissus et cellules. Deux mois après, son choix s’est porté sur Saint-Pierre. "C’était ma première décision et ça n’a pas été facile". Quant au second objectif, il reconnaît que "le chikungunya a eu un effet très positif dans la mise en place du CHR". L’épidémie a permis d’unir les forces et de dépasser les divergences. "Face à une crise sanitaire comme celle que nous avons vécue, les faux problèmes disparaissent. Une cohésion absolument remarquable s’est mise en place, insiste Antoine Perrin. Tout le monde s’est mobilisé et rapproché. On s’est tous attaqué à défendre ce projet en même temps, et l’estocade a été portée lorsque le directeur du GHSR est parti à la retraite en mars". Après quelques discussions de principe (disons le comme ça), c’est finalement Antoine Bouvier Muller, Directeur du CHD de Bellepierre, qui pilotera le CHR dont le projet a été finalisé jeudi et que le Ministère étudiera en novembre. Légitimement, l’on peut se demander s’il faudra une autre crise sanitaire pour voir l’émergence d’un Centre Hospitalier Régional Universitaire (CHRU). "Comme le Premier ministre l’a lui-même annoncé, le CHRU viendra, atteste pour sa part Antoine Perrin. Il faut déjà une montée en charge du CHR de 2 à 3 ans et le U pourra intervenir". C’est un but commun défendu avec la Vice-présidente du Conseil régional, Catherine Gaud, "une femme "punchy" qui sait ce qu’elle veut", retient Antoine Perrin qui a beaucoup apprécié de travailler à ses côtés.

"Quelques bagarres à Paris"

Pour être de qualité, ce volet universitaire devra être articulé avec la métropole, l’Europe et la zone. À Mayotte, la demande de santé est énorme. Une des problématiques auxquelles s’est confronté Antoine Perrin a été de mettre en phase les schémas sanitaires des 2 départements, jusque-là constitués isolément. Les deux ont leurs spécificités avec désormais un tronc commun basé sur la coopération sanitaire. "30 à 40% des demandes de soins sont issues de personnes en situation irrégulière à Mayotte. On ne peut pas répondre à cette demande uniquement en luttant contre l’immigration clandestine, il faut développer une coopération avec les Comores", soutient le Directeur de l’ARH. Il se dit "assez content" du développement de l’offre de soins à Mayotte avec un budget multiplié par 4. "Cela ne se voit pas ailleurs", se satisfait le haut fonctionnaire... mais de tels retards et besoins non plus ! Antoine Perrin l’accorde, même si pour répondre à cette évidence, il lui en a coûté "quelques bagarres à Paris". Comme on le comprend ! La défense des besoins locaux passe toujours par de grandes batailles qu’une épidémie, ironie du sort, peut parfois mener à terme plus rapidement. Mais tout reste encore à poursuivre.

"On a raison de demander de l’argent"

À commencer par concilier rationalisation des soins comme le défend la “Réforme Hôpital 2007”, sa nouvelle gouvernance, sa tarification des soins, ses pôles de santé, et rattrapage des retards structurels et en effectifs. Pour Antoine Perrin, les deux sont liés. "À partir d’une demande de rattrapage, il faut déjà justifier ce que l’on a dépensé, défend l’homme qui a participé à l’élaboration de la rédaction du projet Hôpital 2007. Et l’on a raison de demander de l’argent à La Réunion et à Mayotte". Les retards ont appris aux personnels hospitaliers à de toute façon rationaliser, et c’est sans conteste, au vu du schéma sanitaire et de la qualité des soins, que le gouvernement a accordé une rallonge budgétaire de 60 millions d’euros réclamée par les établissements. Cela s’imposait. Le secteur de la psychiatrie, comme en métropole et plus encore, mérite encore toutes les attentions. La Réunion a émargé au PRISME (Programme de Rattrapage d’Investissement en Santé Mentale), mis en place au niveau national. Sur ce volet, tout est à construire. "Notre système de santé a eu le tort de soigner d’abord et surtout la plaie, puis la douleur, il faut maintenant s’intéresser aux aspects psychiatriques et traumatologiques de la santé". Et s’agissant des manquements, la prévention reste encore l’oublié de la santé. En août 2004, c’était la première fois depuis 100 ans que la loi de santé publique était revue. On a bon espoir.

Stéphanie Longeras


Sak mi di

La valse des fonctionnaires

Les hauts fonctionnaires d’État ne restent en général pas plus de 2 ans à La Réunion. À peine le temps de prendre en main quelques dossiers, puis il faut repartir avant même de les avoir mené à leur terme. C’est un passage de relais incessant qui prive les Réunionnais de lisibilité dans la continuité des politiques publiques... on sait ce que l’on perd, mais pas ce que l’on gagne.
Après Laurent Cayrel, c’est au tour d’Antoine Perrin de quitter le navire avant le retour de l’été austral. Cette image le fait sourire. Il ne fuit pas, il va là où le vent de ses supérieurs l’entraîne... "grandeur et servitude du haut fonctionnaire". Cellules de crise, communications de crise, plans de crise... par la force des choses, l’alerte sanitaire a rapproché la fréquence des contacts entre les autorités concernées et la presse. Antoine Perrin a toujours été un interlocuteur disponible, prêt à répondre aux sollicitations à n’importe quel moment de la journée. C’est déjà chose rare. Seul à la barre de l’ARH, il n’a jamais cherché (comme certains) à se cacher derrière son petit doigt, renvoyant telle ou telle responsabilité à l’un ou l’autre. Ce fut même le premier que j’ai entendu dire : "On ne sait pas, la médecine a ses limites avec le chikungunya". Il a du faire ses armes dans la communication et compris qu’avec une certaine presse, il faut bien peser tous ses mots au risque d’être mal interprété. Il a eu à essuyer des attaques personnelles qui l’ont particulièrement touché et qui, je pense, le marqueront encore longtemps. Il a eu aussi à subir comme tout le monde (mais il n’en dit mot, ce n’est pas une balance !) la communication catastrophique de la Préfecture qui, même lorsqu’elle prônait la transparence, cloisonnait ses informations. Bien que nous soyons opposés sur les objectifs de rationalisation des soins et les restrictions budgétaires attenantes, je m’y étais bien faite à ce directeur de l’ARH. Le 21 septembre, nous accueillerons son successeur. Une femme, c’est déjà ça !

S. L.


Parole de lecteurs

Le journal “Libération” donne la parole sur son site Internet aux internautes et lecteurs. Leurs réactions sont révélatrices d’une exaspération et d’un raz-le-bol que partagerait nombre de Réunionnais.

Extraits

o Nilaia

Sous-Français

Pourquoi ne parle-t-on pas de l’inertie des autorités, de l’incurie et de l’incompétence des services sanitaires qui incroyablement sous-estimé le problème et laissé la situation se pourrir, jusqu’au moment où il y a eu trop de cas pour que ça continue à passer inaperçu, des services départementaux qui avaient laissé tomber la prophylaxie, etc... Pourquoi on ne parle pas des généralistes désemparés qui se faisaient rembarrer par la DRASS dès qu’ils déclaraient des cas ou posaient trop de questions embarrassantes au printemps et à l’été 2005, avant que l’épidémie ne prenne de l’ampleur... Quant aux "autochtones", le coût des produits anti-moustiques est prohibitif pour une famille avec de faibles revenus ! L’État et les collectivités n’ont-ils plus un rôle à jouer en matière de santé publique cher François ? Mais c’est vrai, la Réunion n’est peut-être plus un département français, et les Réunionnais sont sans doute des sous-français... Imaginez proportionnellement le nombre de cas et de morts en métropole pour une épidémie : 20 millions de métropolitains malades et 19.000 morts, ça aurait fait des vagues... En ce qui concerne la recherche et l’argent, un prototype de vaccin existait aux USA, mais n’a pas été développé car commercialement inintéressant, il en va de même pour le palu, les pays riches s’en fichent royalement puisque ça ne les concerne pas.

o Gégé
Chik

De tout façon le gouvernement se fout de ce qui se passe à La Réunion, la preuve n’est plus à faire. En ce qui me concerne, je ne viendrai plus tant que ce ne sera pas définitivement réglé.



Des retards et des avancées
Article paru dans Témoignages le samedi 9 septembre 2006 (page 4)
Par SPINNEUR - Publié dans : CULTURE ART WEB INTERNET
Voir les 0 commentaires
Samedi 9 septembre 2006 6 09 /09 /Sep /2006 19:18

Mort d'un bébé : l'hôpital de Beaune condamné

 

série Malpractice

Publié le 08/09 à 11:25
Le tribunal administratif de Dijon condamne le centre hospitalier de Beaune après le décès d'un bébé de six mois

Le tribunal administratif de Dijon a condamné fin août le centre hospitalier de Beaune, en Côte d'Or, après le décès d'un bébé de six mois qui avait été hospitalisé pour une gastro-entérite en janvier 2003.

 Le centre hospitalier Philippe Le Bon doit verser aux parents la somme

de 15.000 euros qu'ils ont demandée au titre de leur préjudice moral.

Alors qu'il souffrait de diarrhées et de vomissements et qu'il était fiévreux,

 le petit garçon avait été conduit le 20 janvier 2003 au matin au centre hospitalier par sa mère, qui est restée à ses côtés jusqu'au 21 au soir.

Il a été découvert inanimé le 22 au matin peu après 6h00 et est décédé moins d'une heure après.

 Selon une expertise demandée par le tribunal, si la cause de son décès reste indéterminée, l'hypothèse la plus probable est celle d'une déshydratation qui a provoqué un arrêt cardiaque.

Selon le commissaire du gouvernement, chargé de dire le droit, les médecins ont "sous-évalué" ce risque.

 Les examens nécessaires n'ont pas été réalisés et

"cette omission lui a fait perdre une chance de survie",

ce qui constitue une faute,

avait soutenu le magistrat lors de l'audience le 22 juin.

 


Le reportage sur cette condamnation dans le Journal de Bourgogne à 19 heures



 

 

 

 

 

 



 

 

 
Par SPINNEUR - Publié dans : MALPRACTICE JURIDIQUE MEDICAL LAW
Voir les 0 commentaires
Samedi 9 septembre 2006 6 09 /09 /Sep /2006 12:41

.

 

 

Cauda Equina

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Par SPINNEUR - Publié dans : ANATOMIE . ANATOMY
Voir les 0 commentaires
Samedi 9 septembre 2006 6 09 /09 /Sep /2006 12:25
Par SPINNEUR - Publié dans : CNS/SNC/BRAIN/CERVEAU.
Voir les 0 commentaires
Samedi 9 septembre 2006 6 09 /09 /Sep /2006 12:23



scanner   coeur   :
64 barrettes 
 1 turn/ seconde 

  .collimation   40 mm 

  . 8 coupes de 5 mm 

  . chaque seconde : 
      -  8  coupes de 5 mm 
       - 400 coupes au total 
       - en même position 

perfusion CRANE  :
volume sanguin total 
FLUX  SANGUIN

TTM    Temps Transit Moyen   sur les 50 
   QD  50 secondes sur 4 cm de FOV
       -  
IVA  PROXIMALE  

   BISSECTRICE 
   MARGINALE GAUCHE 
    quand  naissant du common trunk 
    au lieu de la Cx 

 CORO DROITE 

 IVA   = GAUCHE  I VENTRIC  ANTERIEURE 

        marginale = nait de IVA
 
 CX   CIRCONFLEXE  + GAUCHE  

 MPR  Curvilinear  

  VRT 


http://pe.sfrnet.org/data/moduleposterelectronique/PDF/2005/1e786e43-3bf8-40a5-94e1-0daa60c840bf.pdf
Par SPINNEUR - Publié dans : COEUR -HEART THORAX - AORTA.
Voir les 0 commentaires
Samedi 9 septembre 2006 6 09 /09 /Sep /2006 12:21

IRM  ARM POLYGONE  DE WILLIS HEXAGONE TIME OF FLIGHT TEMPS DE VOL ANGIO-IRM

 

.

 TOF   MRA Time of Flight 

 


 http://irmresonance.over-blog.com

 

Par SPINNEUR - Publié dans : ARM ANGIO-IRM MRA.
Voir les 0 commentaires
Samedi 9 septembre 2006 6 09 /09 /Sep /2006 12:20

MRI Device

Par SPINNEUR - Publié dans : BASES PHYSIQUES/PHYSICS. TECHNIQUE TECHNICS
Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés