CATEGORIES

SEIN . BREAST

Lundi 17 septembre 1 17 /09 /Sep 09:23
 
-
****
***


- MEDITEST






*
Par SPINNEUR - Publié dans : SEIN . BREAST
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 1 août 3 01 /08 /Août 14:27

 cancer invasif découvert au scanner !
 avec grosse atteinte cutanée

 examen prescrit par pneumologue pour bilan de douleurs recherche d'Embolie pulmonaire
 pas d'inspection !    pas de palpation !   soutien-gorge non enlevé !


Right breast cancer

Par SPINNEUR - Publié dans : SEIN . BREAST
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 31 juillet 2 31 /07 /Juil 20:31
.

Contrast-enhanced MR spots contralateral breast cancer
6/18/2007
By: Reuters Health

NEW YORK (Reuters Health), Jun 18 - Contrast-enhanced magnetic resonance (MR) mammography is useful in evaluation of the contralateral breast in patients with diagnosed unilateral breast cancer or high-risk lesions, according to Italian researchers.

In the June issue of Radiology, Dr. Federica Pediconi of "La Sapienza" University, Rome, and colleagues note that these women may be at five times greater risk of developing a tumor than those in the general population.

To determine whether contrast-enhanced MR mammography might be more effective than conventional techniques in detecting such cancer, the researchers employed the approach in 118 women with a mean age of 52.

All had unilateral breast cancer or high-risk lesions and negative findings in the contralateral breast at physical examination, ultrasonography, and conventional mammography.

Contrast-enhanced MRI detected solitary contralateral lesions in 28 (24%) of patients. In total, 22 of the lesions were histologically confirmed as malignant. The remaining six were fibroadenomas.

There were no false negatives. Follow-up of 90 patients for up to 24 months confirmed the absence of contralateral lesions in those who had had negative findings.

With a sensitivity of 100% and a specificity of 94%, the researchers thus conclude that the technique is "is superior to conventional mammography and high-frequency-transducer ultrasound for the depiction of contralateral breast cancer or high-risk lesions."

Last Updated: 2007-06-15 13:30:12 -0400 (Reuters Health)

Radiology 2007;243:670-679. 

Par SPINNEUR - Publié dans : SEIN . BREAST
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 15 juin 5 15 /06 /Juin 22:07
-
http://perso.orange.fr/site.cerval/ED4/sein/irmsein.htm


-
The Evolving Role of MRI in the Detection and Evaluation of Breast Cancer

N Engl J Med
2007 Mar 29;356(13):1362-4

Lehman CD, Gatsonis C, Kuhl CK, Hendrick RE, Pisano ED, Hanna L, Peacock S, Smazal SF, Maki DD, Julian TB, DePeri ER, Bluemke DA, Schnall MD; ACRIN Trial 6667 Investigators Group.

University of Washington Medical Center, Seattle, WA 98109, USA. lehman@u.washington.edu

Background: Even after careful clinical and mammographic evaluation, cancer is found in the contralateral breast in up to 10% of women who have received treatment for unilateral breast cancer. We conducted a study to determine whether magnetic resonance imaging (MRI) could improve on clinical breast examination and mammography in detecting contralateral breast cancer soon after the initial diagnosis of unilateral breast cancer.

Methods : A total of 969 women with a recent diagnosis of unilateral breast cancer and no abnormalities on mammographic and clinical examination of the contralateral breast underwent breast MRI. The diagnosis of MRI-detected cancer was confirmed by means of biopsy within 12 months after study entry. The absence of breast cancer was determined by means of biopsy, the absence of positive findings on repeat imaging and clinical examination, or both at 1 year of follow-up.

Results : MRI detected clinically and mammographically occult breast cancer in the contralateral breast in 30 of 969 women who were enrolled in the study (3.1%). The sensitivity of MRI in the contralateral breast was 91%, and the specificity was 88%. The negative predictive value of MRI was 99%. A biopsy was performed on the basis of a positive MRI finding in 121 of the 969 women (12.5%), 30 of whom had specimens that were positive for cancer (24.8%); 18 of the 30 specimens were positive for invasive cancer. The mean diameter of the invasive tumors detected was 10.9 mm. The additional number of cancers detected was not influenced by breast density, menopausal status, or the histologic features of the primary tumor.

Conclusions: MRI can detect cancer in the contralateral breast that is missed by mammography and clinical examination at the time of the initial breast-cancer diagnosis.

Pour consulter le texte dans son intégralité, cliquez ici.









Par SPINNEUR - Publié dans : SEIN . BREAST
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 3 mai 4 03 /05 /Mai 10:19

-

IRM SEIN MAMMAIRE


Le mercredi 28 mars 2007  CYBER PRESSE  CANADA

Une nouvelle étude médicale suggère que toutes les femmes ayant reçu un diagnostic récent de cancer du sein devraient passer un examen d'imagerie par résonance magnétique en plus d'une mammographie ordinaire. (Photo archives La Presse)
Agrandir l'image

Une nouvelle étude médicale suggère que toutes les femmes ayant reçu un diagnostic récent de cancer du sein devraient passer un examen d'imagerie par résonance magnétique en plus d'une mammographie ordinaire.
Photo archives La Presse

 

Cancer du sein: l'imagerie par résonance magnétique recommandée

Associated Press

Atlanta

Les femmes qui courent un risque plus élevé de développer un cancer du sein devraient subir chaque année un examen d'imagerie par résonance magnétique (IRM) en plus d'une mammographie, recommande la Société américaine du cancer dans ses nouvelles directives.

Et une nouvelle étude médicale suggère que toutes les femmes ayant reçu un diagnostic récent de cancer du sein devraient passer un examen d'IRM, elles aussi. Ce mode d'examen a permis de détecter des cancers dans l'autre sein chez 3 pour cent de ces femmes, tumeurs que des mammographies ordinaires n'avaient pas permis de dépister.

L'étude survient après que la société du cancer ait développé ses directives, les premières à recommander l'IRM chez des femmes ne montrant aucun symptôme de cancer.

Ces directives s'adressent aux femmes asymptomatiques de 30 ans et plus qui ont une mutation des gènes BRCA1 ou BRCA2, à celles qui ont été traitées pour la maladie de Hodgkin, ou à celles dont des proches ont eu un cancer du sein ou des ovaires.



Cependant, l'IRM n'est pas recommandée pour la plupart des femmes, notamment à cause de son taux d'erreur, qui peut conduire à des biopsies inutiles, et son coût élevé.

Les nouvelles directives devaient être annoncées mercredi, le jour même de la publication de l'étude américaine par le New England Journal of Medicine.

L'étude, dirigée par la docteure Constance Lehman, du centre médical de l'Université de Washington, a porté sur près d'un millier de femmes ayant récemment reçu un diagnostic de cancer dans un sein, mais qui ne montraient aucun signe de cancer dans l'autre sein. Les examens par IRM de l'autre sein ont détecté de possibles tumeurs chez 121 femmes. Des biopsies ont confirmé que ces tumeurs étaient cancéreuses chez 30 d'entre elles.

Par ailleurs, la Société américaine du cancer invite les femmes à choisir soigneusement la clinique où sera pratiquée l'IRM, et à privilégier celles qui offrent aussi la possibilité de subir une biopsie sur place, au cas où une tumeur potentielle serait découverte.


 

 
 
 

RetourRetour   HautHaut



 

 

Par SPINNEUR - Publié dans : SEIN . BREAST
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 10 avril 2 10 /04 /Avr 12:16

 

 IRM    du     SEIN    

   cours Vautrin   NANCY  

45 000 cas / an   mortalité 30 %

Sensibilité IRM proche de 100 %

CLASSIFICATION ACR  RAPPEL

Aly ABBARA SITE

http://www.aly-abbara.com/echographie/biometrie/scores/acr.html

Spécificité à améliorer :       

                   Faux Positifs   - Pc Prise de contraste LABILES

                                          - cycle

                                          - mastopathie

                                          - FA  Fibroadénome

                                          - GG Ganglions normaux ,

                                                         axillaire

                                                         intramammaire

                                        - PC Multiples

                                           - Adénose sclérosante .

Indications actuelles :

                    1  Risque génétique

                     2  Multifocalité

                          centricité

                     3   doute récidive

                     4   image mammo indéterminée

                     5   discordance

                     à évaluer

                        BRCA 1    BRCA 2    5 % des cancers

TECHNIQUE PROTOCOLES

                   1   SAGITTAL UNILATERAL

                        3 D  EG   ou

                             3 D  FSE  T1

                             petit FOV , bonne RS  ( 3 mm )

                             2 Rendez-vous , un par sein

                       AXIAL  BILATERAL   ou

                       CORONAL  BILATERAL

                           Grand FOV , faible RS

                      3  SAGITTAL ALTERNEE ( récent )

                      Dt & G alternés , 1 seul Rendez-vous

                           petit FOV , bonne RS

                          VIBRANT  GE

                          ASSET  20 x 20  ,  3 mm

                          100  coupes en 70 ''

                           7 phases dans la même série  ( dynamique )

                           900 images


 

 

 

 

 

 

 

 

                   3 FONCTIONS irm

                            1  détecter 

                            2  caractériser 

                            3  localiser  


    1  DETECTER   le contraste naturel = Insuffisant

           Soustraction ( Masque )

           Série 1    / Série 2     Immobilité !

            Opérateur-dépendant !

            CODAGE COULEUR du Rehaussement =

            Logiciel FUNCTOOL   CONFIRMA

 

   2  CARACTERISER

           2.1   MORPHOLOGIE  Bi-RADS

                  PC   linéaires

                  FOCI  < 5 mm

                  MASSES    forme/ contours/ septa

                                    rehaussement = type ?

                 NON-MASSES

            2.2  CINETIQUE

                    Codage Couleur

                        Courbes : cinétique   3 types , aucune n' a 100 % de

                         spécificité .

                         ROI ( taille )

                         artéfact : mouvement cible -- anarchie

                         échelle  Abscisse / Ordonnée

                       a ) courbe PROGRESSIF    8 %  Kc

                       b) courbe PLATEAU            12  %

                       c)              WASH-OUT        5 %  sont non-cancéreux

                       

   3    LOCALISER

         Non rapprochable des images mammo

          mammo  = compression

          IRM = procubitus  # mammo

          MPR  3 plans

          MPR  dans axe du Mamelon   +++

          MIP   vue d'ensemble   ou

          VRT   ""      ""            "" 

           une image IRM peut être recherchée ensuite par ECHO .

 


 

        IRM Interventionnelle

         anomalie non trouvée par mammo ou écho

          - repère cutané

          - harpon non magnétique

          - ponction      _ dans le champ

                                _ hors champ

         - limites  - compression inefficace

                       - antenne non adaptée

                       antenne ouverte , accès seulement latéral externe

                       plaque perforée à trous


                    PERSPECTIVES

 

 

 

 

 

 

     - dépistage de masse

     - CAD

     - Spectro-IRM   

     - DWI  Diffusion ( mucineux )

     - Ganglion  PC spécifique

    - IRM dédiée  ( ouverte )


 

 

 

 

 

 

 

              

               CAT devant une LESION :

1   Rehaussement Labile  ?

                    - arrêt du THS

                    - début de cycle

  

2     image suspecte

 3   FOCUS   <  5 mm

      écho guidée post-IRM

 


 

                                                                  -                     Dt & G alternés , 1 seul Rendez-vous

                           petit FOV , bonne RS

                          VIBRANT  GE

                          ASSET  20 x 20  ,  3 mm

                          100  coupes en 70 ''

                           7 phases dans la même série  ( dynamique )

                           900 images


 

   

 Gustave COURBET

 http://irmresoance.over-blog.com

 

 RUPTURED BREAST IMPLANT


Case Presentation Pg 1 of 4  (GoTo: Next(2) || Pg 3 || Pg 4)

 

History:  Thirty-five-year old with bilateral breast implants and pain in breast.

CC and MLO views are provided below. Right breast is shown first for each pair of images. Click to enlarge.

CLICK TO ENLARGE CLICK TO ENLARGE
CLICK TO ENLARGE CLICK TO ENLARGE

Which choices correspond with the findings? Please respond with TRUE or FALSE.
T or F Ruptured implant on right.
T or F Ruptured implant on left.
T or F
Case Presentation Pg 1 of 4  (GoTo: Next(2) || Pg 3 || Pg 4)
Shown below is an ultrasound image of the abnormality. Which choice is the most likely diagnosis?
A Malignancy.
B Fibroadenoma.
C Cyst.
D Fat necrosis.
E Hamartoma.
?
B
C
D .
Shown below is an ultrasound image of the abnormality. Which choice is the most likely diagnosis?
A Malignancy.
B Fibroadenoma.
C Cyst.
D Fat necrosis.
E Hamartoma.


  .  

 
  
 
  Which choices correspond with the findings? Please respond with TRUE or FALSE.
T or F Ruptured implant on right.
T or F Ruptured implant on left.
T or F Mass in right breast.
T or F Mass in left breast.

-- Navigation Bar --
   
T or F  



 

SONOGRAPHY of the BREAST    

 http://www.obgyn.net/displayarticle.asp?page=/bh/articles/newbreasthandoutII

 

Sonography of the Breast

by Cynthia L. Rapp BS, RDMS
Radiology Imaging Associates - Swedish Medical Center
Englewood, Colorado
Reprinted with author's permission.


September 14-17, 2000, Dallas Texas, p. 57-67

One in nine women will develop breast cancer during her lifetime, provided she lives to age 85. Most breast cancer is NOT genetically linked – less than 16%. In the study by Stavros et al., July 1995, – over 80% of all sonographic, biopsy proven, solid nodules were benign.

 

Indications
Breast ultrasound is a diagnostic rather than a screening procedure; it is targeted to a specific clinical or focal mammographic finding in the vast majority of patients. Breast ultrasound should be performed on palpable lumps when the mammogram in the area of the lump is negative or nonspecific. Although, there are now a few studies on whole breast screening ultrasound.

Breast ultrasound is a diagnostic rather than a screening procedure; it is targeted to a specific clinical or focal mammographic finding in the vast majority of patients. Breast ultrasound should be performed on palpable lumps when the mammogram in the area of the lump is negative or nonspecific. Although, there are now a few studies on whole breast screening ultrasound.

Equipment
Breast ultrasound must have excellent spatial and contrast resolution. Both the axial and lateral components of spatial resolution must be good. Broadband, high frequency linear electronically focused probes currently offer the best combination of spatial and contrast resolution for breast ultrasound.

Breast ultrasound must have excellent spatial and contrast resolution. Both the axial and lateral components of spatial resolution must be good. Broadband, high frequency linear electronically focused probes currently offer the best combination of spatial and contrast resolution for breast ultrasound.

Axial Resolution
Excellent axial resolution is important in identifying normal structures which course parallel to the skin (such as mammary ducts and the fascial planes surrounding the mammary zone) and in identifying the characteristics of the capsules around cysts and solid nodules.

Excellent axial resolution is important in identifying normal structures which course parallel to the skin (such as mammary ducts and the fascial planes surrounding the mammary zone) and in identifying the characteristics of the capsules around cysts and solid nodules.

Lateral Resolution
Lateral resolution at all depths within the breast is important in order to minimize volume averaging of surrounding normal breast tissues with pathological lesions. Such volume averaging may cause mischaracterization of small cystic lesions as solid and may even cause small solid lesions to be indistinguishable from surrounding tissues. Lateral spatial resolution is also a complex subject. For linear probes there are two planes which determine lateral resolution; the long axis and short axis (elevation plane focus).

Lateral resolution at all depths within the breast is important in order to minimize volume averaging of surrounding normal breast tissues with pathological lesions. Such volume averaging may cause mischaracterization of small cystic lesions as solid and may even cause small solid lesions to be indistinguishable from surrounding tissues. Lateral spatial resolution is also a complex subject. For linear probes there are two planes which determine lateral resolution; the long axis and short axis (elevation plane focus).

The long axis of the linear probe can be electronically focused. Continuous electronic focusing may be done on receive or transmit phases. The degree of electronic focusing upon receive depends upon many factors, including:

       

    • number of channels
    • aperture size
    • number of elements
    • number of scan lines
    • apodization

In general lateral resolution improves with increasing; the number of channels, aperture size, number of elements in the transducer and scan lines. Electronic focusing on transmit depends on many of the same factors as receive focusing, but is more limited. It depends upon the number of transmit zones. In general, the more transmit zones, the better the lateral resolution. However, increasing the number of transmit zones, decreases the frame rate. In general, multiple transmit focal zones in the first 2cm are very beneficial in breast sonography.

Elevation Plane
The elevation plane (short axis) of the probe cannot currently be electronically focused. The elevation plane is focused at a fixed depth by an acoustic lens. The manufacturer decides how deeply to focus this plane before the probe is built. Elevation plane, focal lengths are usually decided by the application for which the probe will primarily be used. Dedicated small parts or near field probes should be focused at about 1.5cm or even more superficially.

The elevation plane (short axis) of the probe cannot currently be electronically focused. The elevation plane is focused at a fixed depth by an acoustic lens. The manufacturer decides how deeply to focus this plane before the probe is built. Elevation plane, focal lengths are usually decided by the application for which the probe will primarily be used. Dedicated small parts or near field probes should be focused at about 1.5cm or even more superficially.

5MHz linear array probes were designed with peripheral vascular applications in mind and are focused in the elevation plane of about 3 to 4cm. This is too deep for most breast imaging, the elevation plane would be focused in the pectoralis muscle in most patients. In general a 7.5 to 13MHz transducer, with an elevation plane of about 1.5cm, is the best breast ultrasound transducer currently available.

 

 
Above figure: If a 5MHz transducer is used and the lesion of interest is small and superficial, volume averaging of adjacent normal tissues will be a problem. Cysts may fill-in and be misclassified as solid. Small solid lesions may be completely missed.

 

If a palpable nodule is pea or bee-bee sized, then it is very small and near the skin. In such cases, even optimally focused transducers may have difficulty resolving and characterizing the lesion. In such circumstances, the sonographer should use a 1cm standoff pad or a large "glop" of gel in order to move the elevation plane focus closer to the skin. Remember if too thick of a standoff pad (3cm pad) is used, then the elevation plane will be centered in the pad and not in breast tissue.

 

Annotation
Labeling your films can be very time consuming. Most ultrasound departments utilize the clock method. In our lab we also use the ABC and 123 to label the exact location of a lesion. This is particularly helpful if you need to follow-up a lesion of is the patient is sent to another facility for a biopsy.

First a clock position is stated. Secondly, the location of the lesion is noted. There are five possible choices for the 123, location. 1 through 3 is divided into 3 concentric rings. If a lesion is near the nipple, this location is 1, mid way out in the breast is 2 and in the periphery is 3. If a lesion is under the nipple we label this area SA for subareolar and lesions in the axilla are labeled AX.

For the ABC; A, is if a lesion is near the surface or close to the transducer. B is mid way down (and represents the mammary zone) in the breast and C is against the chest wall.

Diagram of a right breast lesion about 4 cm directly superior to the nipple and 3 cm deep which was scanned in a radial plane would typically be described as "Rt 12 2C RAD". The left breast lesion in the upper outer quadrant about 6 cm from the nipple and near the chest wall which was scanned in an anti-radial plane would be labeled "Lt 1:30 3C AR". This cryptic method of annotating ultrasound images is very advantageous. It saves keystrokes and shortens the examination time.

 

Positioning
The patient is positioned in a supine position with the ipsilateral hand raised above the head. The patient is rolled into a contra-lateral posterior oblique position to a degree, which minimizes breast thickness in the quadrant being scanned. Lesions in the medial quadrants may be scanned in a straight supine position. Lesions in the lateral quadrants require the greatest degree of obliquity. Generally, greater degrees of obliquity are required for larger breasts.

This positioning accomplishes two things:

  • First, the breast is thinned to the greatest extent possible, so that the high frequency, near-field probes used, has adequately penetrate to the chest wall and the focusing characteristics of the probe are optimized.
  • Secondly, the tissue planes of the breast, which are conical in the upright and prone positions, are pulled into a plane, which is parallel to the skin line. This minimizes critical angle shadowing and improves penetration and prevents degradation of focusing characteristics.

Scan Plane – Radial and Anti-radial
All solid lesions should be scanned in the plane of the ductal system (radial and anti-radial) in order to demonstrate subtle projections that course towards the nipple or branch outward in the breast.

If a nodule is scanned only in the conventional method of longitudinal and transverse, these subtle findings may be missed, and the lesion may appear spheroid or ellipsoid, and be misclassified as probably benign.

System Optimization
Ensure that your system is optimized for breast imaging before starting your scan. If the gain is not set correctly, solid lesions can look cystic or a cyst look solid. Before starting to scan the area of interest, find an area in the breast with fatty tissue. Most patients have some fat, usually in the inner aspect of the breast. Set your gain so the fat is medium gray.

Compare all lesions in the breast to fat. If the gain is set correctly and fat is medium gray, glandular tissue and most benign lesions, such as fibroadenomas, appear isoechoic to mildly hypoechoic compared to fat. Malignant lesions can be mildly hypoechoic to markedly hypoechoic and cysts are markedly hypoechoic to anechoic compared to fat. The structures that are hyperechoic compared to fat are skin, fibrous tissue and calcifications.

Mammographic vs. Sonographic Correlation
When the main indication for breast ultrasound is a palpable lump, it is imperative that the lump b

Par SPINNEUR - Publié dans : SEIN . BREAST
Voir les 0 commentaires
Mardi 9 janvier 2 09 /01 /Jan 20:03

Dépistage du cancer du sein : un pavé dans la marre

Publié le 05/01/2007 Imprimer l'articleEnvoyer à un confrèreEnregistrer dans ma bibliothèqueReduireAgrandir

L'intérêt du dépistage systématique de certains cancers est aujourd'hui un dogme exceptionnellement mis en doute. Si un certain scepticisme plane encore sur les avantages d'un dépistage généralisé du cancer de la prostate, en matière de cancer du sein, toutes les sociétés savantes et les autorités sanitaires des grands pays développés se sont prononcées en faveur des campagnes de dépistage systématique par mammographie (avec un âge de début et des fréquences variables selon les états). L'IARC (Agence Internationale sur le Cancer) résumant les résultats obtenus dans le monde avec ces campagnes a conclu en 2002 que le dépistage chez les femmes de 50 à 69 ans diminuerait la mortalité par cancer du sein d'un tiers.

Cependant, malgré cette unanimité apparente, certains trouble-fête soulignent qu'il existe un risque inhérent au dépistage systématique, celui du sur-diagnostic. On constate en effet lors de toutes les études comparatives évaluant des programmes de dépistage, une augmentation de l'incidence des cancers du sein dans les groupes bénéficiant de telles campagnes par rapport aux contrôles.

Ces sur-diagnostics regroupent théoriquement deux entités bien distinctes. D'une part, des diagnostics précoces de tumeurs qui, sans mammographie, seraient restées asymptomatiques quelques mois ou années et qui sont l'objectif même du dépistage puisqu'ils permettent de proposer à ces femmes le traitement curateur le moins mutilant possible. D'autre part des tumeurs qui ne se seraient jamais manifestées cliniquement, du fait d'une croissance très lente, d'un décès lié à une autre cause, voire d'une erreur de l'examen histologique. Les partisans du dépistage soulignent que ces sur-diagnostics doivent être compensés par une diminution de l'incidence du cancer mammaire au-delà de 70 ans, c'est-à-dire après la période de dépistage.

Une nouvelle étude conduite en Suède, pays depuis longtemps à la pointe du dépistage systématique, vient mettre en doute cette vision optimiste.

Sophia Zackrisson et coll. ont suivis jusqu'en 2001, toutes les femmes incluses dans l'essai clinique de Malmö conduit sur l'intérêt du dépistage entre 1976 et 1990 (n=42 283). Parmi ces sujets, un groupe était particulièrement intéressant, celui des femmes nées entre 1908 et 1922, âgées de 55 à 69 ans lors de la randomisation, et qui, en raison de leur âge, n'ont pas bénéficié après la fin de l'étude d'un programme de dépistage systématique (institué en Suède en 1986).

Sur cette cohorte, durant les dix années de l'étude, l'incidence du cancer du sein a été plus élevée, comme attendu, dans le groupe dépistage (+ 32 % ; intervalle de confiance à 95 % [IC95] entre +14 et +53 %), mais elle est restée comparable à celle du groupe contrôle au cours des 11 années qui ont suivi (- 8 % ; IC95 entre - 21 et + 6 % ; NS). Au total, sur 25 ans de suivi, dans le groupe dépistage, par rapport au groupe contrôle, la prévalence du cancer du sein a été augmentée de 10 % (IC95 entre - 1 et + 22 %) et celle des formes invasives de 7 %.

Ces résultats corroborent ceux de plusieurs études conduites sur le même thème dans les pays scandinaves. Le plus difficile reste à faire, c'est-à-dire les expliquer.

Le diagnostic de cancers in situ dans le groupe dépistage ne permet de justifier que partiellement cette différence d'incidence durant la période de mammographies systématiques. Ce phénomène ne semble pas dû non plus à des cas de cancers du sein préexistants à l'étude puisque l'augmentation d'incidence persiste (de façon atténuée) même si l'on exclut les deux premières mammographies (soit un délai de 4 ans environ).

Il reste des explications plus hypothétiques. Il est possible par exemple que les femmes ayant été soumises à un dépistage systématique durant une longue période aient plus tendance à se soumettre volontairement à des mammographies après la fin de l'étude que les sujets du groupe contrôle ce qui pourrait rendre compte de l'absence de baisse d'incidence après la fin du dépistage systématique. Enfin, une hypothèse tabou n'est pas discutée par les auteurs : celle d'un rôle cancérigène de mammographies itératives...

Au total deux notions semblent pouvoir être dégagées de cette étude.
1) Après 25 ans, la mortalité par cancer du sein a bien diminué dans le groupe dépistage (212 décès contre 274 parmi les contrôles) mais ceci ne représente, en valeur absolue, qu'une baisse de 2,9 pour 1000.
2) Le sur-diagnostic apparaît être un phénomène bien réel, même si ces causes sont mal comprises, et dont il faut sans doute tenir compte.

Pour l'éditorialiste du British Médical Journal, la situation pourrait se résumer par les chiffres suivants. Dans la population occidentale, un programme de dépistage appliqué à 250 femmes de plus de 50 ans permet d'éviter un décès par cancer du sein mais dans le même temps conduit à deux sur-diagnostics... et il est bien sûr impossible de prévoir qui seront ces trois femmes. Pour Henrik Moller et coll. il est urgent de se pencher sérieusement sur le problème des sur-diagnostics, tant pour le cancer du sein, que pour d'autres tumeurs malignes qui font aussi l'objet de programmes de dépistage, comme les cancers colo-rectaux et les cancers de la prostate.




Dr Céline Dupin

**************

http://www.jim.fr/en_direct/evenements/e-docs/00/01/5E/61/document_actu_evnt.phtml

 

 

 
 
 
Par SPINNEUR - Publié dans : SEIN . BREAST
Voir les 0 commentaires
Mardi 19 décembre 2 19 /12 /Déc 16:56

 

 

SOFTSCAN   SEIN IMAGERIE OPTIQUE MAMMAIRE  ART  BREAST IMAGING


 

http://www.ccnmatthews.com/news/releasesfr/show.jsp?action=showRelease&searchText=false&showText=all&actionFor=627158

 

*

http://www.ccnmatthews.com/news/releasesfr/show.jsp?action=showRelease&searchText=false&showText=all&actionFor=627158

 

 

 

LE 14 DÉCEMBRE 2006 - 09:27 ET  
 
ART obtient le feu vert pour vendre son appareil novateur d'imagerie optique pour la détection du cancer du sein au Canada
 
Santé Canada délivre une homologation à ART pour le système SoftScan

À L'ATTENTION des responsables des affectations, des rédacteurs des chroniques affaires, des rédacteurs des chroniques mode de vie et des rédacteurs des chronique sur la santé/chroniques médicales.
 

MONTREAL, CANADA--(CCNMatthews - 14 déc. 2006) - ART Recherches et Technologies Avancées Inc. ("ART")(TSX:ARA) a annoncé aujourd'hui qu'elle a obtenu de Santé Canada une homologation inconditionnelle pour la commercialisation de son appareil d'imagerie optique mammaire SoftScan(MD), avec prise d'effet immédiate. ART peut maintenant rendre SoftScan accessible aux cliniques et aux hôpitaux canadiens pour les aider à améliorer le diagnostic du cancer du sein pour des milliers de femmes au Canada.

SoftScan est une technologie d'imagerie optique non invasive et sans douleur qui permet aux cliniciens de caractériser des tumeurs du sein comme bénignes ou malignes, sans exposer les patientes à des rayons ionisants.

Selon le Dr Alfred B. Watson, Jr., M.D., M.P.H., F.A.C.R., F.A.C.P.M., vice-président du département de radiologie et chef de l'imagerie mammaire du Baylor College of Medicine, Texas Medical Center, et président suppléant du conseil consultatif clinique de ART, une homologation du système d'imagerie optique mammaire SoftScan par Santé Canada marque le début d'une "nouvelle ère pour l'imagerie mammaire". Le Dr Watson a également déclaré : "J'ai confiance que cette nouvelle technologie optique prometteuse, qui est maintenant homologuée par les autorités canadiennes en matière de santé, donnera aux cliniciens la possibilité de répondre, au fil du temps, à un certain nombre de besoins non satisfaits dans les domaines de la détection, du diagnostic, de la caractérisation et du suivi de traitement du cancer du sein par des techniques de conservation du sein".

Le Dr Nathalie Duchesne, M.D., F.R.C.P. (c), directrice du service de radiologie et d'imagerie IRM du sein au Centre Ville-Marie, ainsi que directrice scientifique du symposium de renommée internationale The Breast Course, qui a agi en tant qu'enquêteur principal lors de certains des essais cliniques de SoftScan, a émis le commentaire suivant : "La mammographie est actuellement l'approche de première ligne la plus utilisée pour la détection du cancer du sein, mais dans de nombreux cas, elle n'est ni efficace ni pratique. L'homologation de SoftScan signifie que les femmes faisant partie du groupe de patientes visées disposent au Canada d'une autre option qui pourrait aider à diagnostiquer le cancer du sein, grâce à cette technologie d'imagerie optique novatrice." Elle a conclu en ces termes : "Je suis ravie du fait que SoftScan sera désormais offert aux patientes atteintes du cancer du sein en tant qu'outil de diagnostic non invasif et sécuritaire servant de complément à la mammographie radiographique et espère que cela contribuera à la détection à un stade précoce et au traitement du cancer du sein".

"Nous sommes très heureux que Santé Canada ait homologué SoftScan, ce qui constitue une étape clé et le premier pas de notre stratégie visant à pénétrer un marché mondial de 1,8 milliard de dollars américains; cette homologation atteste du fait que notre produit est sûr, efficace et de haute qualité - et qu'il est prêt à être mis en marché", a commenté Sébastien Gignac, président et chef de la direction de ART. "Le feu vert de Santé Canada donnera aux hôpitaux, aux cliniques et aux centres de recherches canadiens la possibilité d'offrir les avantages de la technologie d'imagerie optique de ART à leurs patientes et donnera donc des perspectives de meilleur diagnostic aux femmes canadiennes atteintes du cancer du sein et, éventuellement, cette technologie aidera les cliniciens partout dans le monde à améliorer le traitement des lésions du sein chez les femmes", d'ajouter M. Gignac.

L'homologation a été délivrée conformément au Règlement sur les instruments médicaux applicable aux instruments médicaux de classe III et atteste que l'appareil médical respecte les exigences en matière de sûreté et d'efficacité prévues par le règlement en question qui, avec la certification à la norme de qualité ISO 13485, comptent parmi les plus rigoureuses de l'industrie.

A propos de SoftScan

Le système d'imagerie optique mammaire SoftScan a été tout d'abord conçu en tant qu'outil de diagnostic servant de complément à la mammographie, utilisé ultimement pour la détection et le suivi du traitement du cancer du sein. Son approche sans douleur et non invasive utilise la technologie d'imagerie optique à résolution temporelle, qui peut permettre une meilleure caractérisation des tumeurs du sein comme bénignes ou malignes et une évaluation plus rapide de l'efficacité thérapeutique. Il a été créé et développé par ART Recherches et Technologies Avancées Inc.

A propos de ART

ART Recherches et Technologies Avancées Inc. est un chef de file de produits d'imagerie moléculaire destinés aux industries des soins de la santé et pharmaceutique. ART a conçu des produits d'imagerie médicale, de diagnostic médical, de recherche et de développement de médicaments afin de fournir de nouveaux et de meilleurs traitements aux patients, et ce, de façon plus rapide. eXplore OptixMC est un appareil d'imagerie optique moléculaire conçu pour le suivi des processus physiologiques qui surviennent chez un être vivant lors des phases d'études précliniques de nouveaux médicaments. eXplore OptixMC est distribué mondialement par GE Healthcare et est utilisé par des leaders de l'industrie et du monde scientifique. SoftScanMC est un appareil d'imagerie médicale conçu pour améliorer le diagnostic et le traitement du cancer du sein. ART détient une alliance stratégique avec GE Healthcare, le leader mondial de la mammographie et de l'imagerie, pour la mise en marché de ces produits. Enfin, les produits d'agents d'imagerie moléculaire FenestraMC offrent un contraste d'image pour de nombreuses applications précliniques de tomographie par ordinateur ("MicroCT"), avec une utilisation potentielle pour d'autres modalités d'imagerie. Les actions de ART sont inscrites à la cote de la TSX sous le symbole ARA. Consultez le site Web de ART : www.art.ca.

Le présent communiqué peut contenir des énoncés de nature prévisionnelle qui pourraient comporter des risques et des incertitudes qui feraient en sorte que les événements réels diffèrent considérablement des attentes. Ces risques et incertitudes sont énoncés dans la circulaire de sollicitation de procurations de ART datée du 24 octobre 2006, disponible sur SEDAR (www.sedar.com) sous le profil de "ART Recherches et Technologies Avancées Inc. (ancienne)" (l'émetteur prédécesseur de ART).

 

 

 

 

 

 

 

********************

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*

 

 

 

 
  POUR PLUS D'INFORMATIONS, COMMUNIQUEZ AVEC:
 
LE 14 DÉCEMBRE 2006 - 09:27 ET  
 
ART obtient le feu vert pour vendre son appareil novateur d'imagerie optique pour la détection du cancer du sein au Canada
 
Santé Canada délivre une homologation à ART pour le système SoftScan

À L'ATTENTION des responsables des affectations, des rédacteurs des chroniques affaires, des rédacteurs des chroniques mode de vie et des rédacteurs des chronique sur la santé/chroniques médicales.
 
MONTREAL, CANADA--(CCNMatthews - 14 déc. 2006) - ART Recherches et Technologies Avancées Inc. ("ART")(TSX:ARA) a annoncé aujourd'hui qu'elle a obtenu de Santé Canada une homologation inconditionnelle pour la commercialisation de son appareil d'imagerie optique mammaire SoftScan(MD), avec prise d'effet immédiate. ART peut maintenant rendre SoftScan accessible aux cliniques et aux hôpitaux canadiens pour les aider à améliorer le diagnostic du cancer du sein pour des milliers de femmes au Canada.

SoftScan est une technologie d'imagerie optique non invasive et sans douleur qui permet aux cliniciens de caractériser des tumeurs du sein comme bénignes ou malignes, sans exposer les patientes à des rayons ionisants.

Selon le Dr Alfred B. Watson, Jr., M.D., M.P.H., F.A.C.R., F.A.C.P.M., vice-président du département de radiologie et chef de l'imagerie mammaire du Baylor College of Medicine, Texas Medical Center, et président suppléant du conseil consultatif clinique de ART, une homologation du système d'imagerie optique mammaire SoftScan par Santé Canada marque le début d'une "nouvelle ère pour l'imagerie mammaire". Le Dr Watson a également déclaré : "J'ai confiance que cette nouvelle technologie optique prometteuse, qui est maintenant homologuée par les autorités canadiennes en matière de santé, donnera aux cliniciens la possibilité de répondre, au fil du temps, à un certain nombre de besoins non satisfaits dans les domaines de la détection, du diagnostic, de la caractérisation et du suivi de traitement du cancer du sein par des techniques de conservation du sein".

Le Dr Nathalie Duchesne, M.D., F.R.C.P. (c), directrice du service de radiologie et d'imagerie IRM du sein au Centre Ville-Marie, ainsi que directrice scientifique du symposium de renommée internationale The Breast Course, qui a agi en tant qu'enquêteur principal lors de certains des essais cliniques de SoftScan, a émis le commentaire suivant : "La mammographie est actuellement l'approche de première ligne la plus utilisée pour la détection du cancer du sein, mais dans de nombreux cas, elle n'est ni efficace ni pratique. L'homologation de SoftScan signifie que les femmes faisant partie du groupe de patientes visées disposent au Canada d'une autre option qui pourrait aider à diagnostiquer le cancer du sein, grâce à cette technologie d'imagerie optique novatrice." Elle a conclu en ces termes : "Je suis ravie du fait que SoftScan sera désormais offert aux patientes atteintes du cancer du sein en tant qu'outil de diagnostic non invasif et sécuritaire servant de complément à la mammographie radiographique et espère que cela contribuera à la détection à un stade précoce et au traitement du cancer du sein".

"Nous sommes très heureux que Santé Canada ait homologué SoftScan, ce qui constitue une étape clé et le premier pas de notre stratégie visant à pénétrer un marché mondial de 1,8 milliard de dollars américains; cette homologation atteste du fait que notre produit est sûr, efficace et de haute qualité - et qu'il est prêt à être mis en marché", a commenté Sébastien Gignac, président et chef de la direction de ART. "Le feu vert de Santé Canada donnera aux hôpitaux, aux cliniques et aux centres de recherches canadiens la possibilité d'offrir les avantages de la technologie d'imagerie optique de ART à leurs patientes et donnera donc des perspectives de meilleur diagnostic aux femmes canadiennes atteintes du cancer du sein et, éventuellement, cette technologie aidera les cliniciens partout dans le monde à améliorer le traitement des lésions du sein chez les femmes", d'ajouter M. Gignac.

L'homologation a été délivrée conformément au Règlement sur les instruments médicaux applicable aux instruments médicaux de classe III et atteste que l'appareil médical respecte les exigences en matière de sûreté et d'efficacité prévues par le règlement en question qui, avec la certification à la norme de qualité ISO 13485, comptent parmi les plus rigoureuses de l'industrie.

A propos de SoftScan

Le système d'imagerie optique mammaire SoftScan a été tout d'abord conçu en tant qu'outil de diagnostic servant de complément à la mammographie, utilisé ultimement pour la détection et le suivi du traitement du cancer du sein. Son approche sans douleur et non invasive utilise la technologie d'imagerie optique à résolution temporelle, qui peut permettre une meilleure caractérisation des tumeurs du sein comme bénignes ou malignes et une évaluation plus rapide de l'efficacité thérapeutique. Il a été créé et développé par ART Recherches et Technologies Avancées Inc.

A propos de ART

ART Recherches et Technologies Avancées Inc. est un chef de file de produits d'imagerie moléculaire destinés aux industries des soins de la santé et pharmaceutique. ART a conçu des produits d'imagerie médicale, de diagnostic médical, de recherche et de développement de médicaments afin de fournir de nouveaux et de meilleurs traitements aux patients, et ce, de façon plus rapide. eXplore OptixMC est un appareil d'imagerie optique moléculaire conçu pour le suivi des processus physiologiques qui surviennent chez un être vivant lors des phases d'études précliniques de nouveaux médicaments. eXplore OptixMC est distribué mondialement par GE Healthcare et est utilisé par des leaders de l'industrie et du monde scientifique. SoftScanMC est un appareil d'imagerie médicale conçu pour améliorer le diagnostic et le traitement du cancer du sein. ART détient une alliance stratégique avec GE Healthcare, le leader mondial de la mammographie et de l'imagerie, pour la mise en marché de ces produits. Enfin, les produits d'agents d'imagerie moléculaire FenestraMC offrent un contraste d'image pour de nombreuses applications précliniques de tomographie par ordinateur ("MicroCT"), avec une utilisation potentielle pour d'autres modalités d'imagerie. Les actions de ART sont inscrites à la cote de la TSX sous le symbole ARA. Consultez le site Web de ART : www.art.ca.

Le présent communiqué peut contenir des énoncés de nature prévisionnelle qui pourraient comporter des risques et des incertitudes qui feraient en sorte que les événements réels diffèrent considérablement des attentes. Ces risques et incertitudes sont énoncés dans la circulaire de sollicitation de procurations de ART datée du 24 octobre 2006, disponible sur SEDAR (www.sedar.com) sous le profil de "ART Recherches et Technologies Avancées Inc. (ancienne)" (l'émetteur prédécesseur de ART).

 
  POUR PLUS D'INFORMATIONS, COMMUNIQUEZ AVEC:
 
HKDP Communications et affaires, Montréal
Louis-Olivier Batty, consultant
514-395-0375 poste 228
lobatty@hkdp.qc.ca

ou

HKDP Communications et affaires publiques, Québec
Sylvie Lafrance, conseillère
418-523-3352
slafrance@hkdp.qc.ca

ou

Hill and Knowlton, Toronto
Julie Holroyde, conseillère
416-413-1218
julie.holroyde@hillandknowlton.ca

ou

ART RECHERCHES ET TECHNOLOGIES AVANCEES INC.
Jacques Bédard, chef de la direction financière
514-832-0777
jbedard@art.ca



 

.

Par SPINNEUR - Publié dans : SEIN . BREAST
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 12 décembre 2 12 /12 /Déc 11:02
SEIN et IRM
Source : : "levy" : laurent.levy@multicable.fr - Message : gynelist@www.jimagine.fr

les indications de l'IRM en pathologie mammaire qui sont actuellement validées sont :
  • la surveillance du sein opéré et/ ou traité pour cancer du sein (traitement radiochirurgical ou radiothérapie seule) pour la recherche d'une récidive (excellente sensibilité et spécificité)
  • la surveillance d'une tumeur sous chimiothérapie première ou hormonothérapie pour apprécir la régression tumorale
  • la surveillance des seins porteurs de prothèses en silicone (diagnostic des ruptures sous capsulaires souvent occultes en mammographie)

l'IRM n'a pas de place dans le diagnostic des mastodynies.

Elle est en cours d'évaluation dans
---- le diagnostic étiologique non invasif des foyers de microcalcifications mais si sa sensibilité est excellente , sa spécificité est de l'ordre de 50% seulement.Dans cette indication les microbiopsies stéréotaxiques sont plus performantes
---- le bilan d'extension des cancers et la recherche de multifocalité.Mais la mise en évidence de lésions prenant le contraste ne signe pas leur malignité.

Les lésions mises en évidence par IRM , et qui ne seraient pas visibles en mammo ou écho , ne peuvent pas faire , en pratique quotidienne, l'objet de biopsies guidées (les dispositifs de biopsies sous IRM sont des prototypes d'utilisation difficile , en cours d'évaluation)

Au total , en dehors des indications validées ci dessus citées , l'IRM peut , si elle se révéle positive , créér plus de problèmes qu'elle n'en résoud!!

Malheureusement l'annonce par certains médias , notamment magazines féminins , de la possibilité de détecter des tumeurs de quelques millimètres (ce qui est vrai pour les indications validées) a créer un effet"mode" et suscite de faux espoirs .

Enfin il n'en reste pas moins que l'IRM est un outil diagnostique exceptionnel , en progrès constant ,qui nous réserve bien des progrès à venir.
Il ne s'agit pas d'une technique lourde car il s'agit par définition d'un examen ambulatoire , non irradiant ayant permis de supprimer beaucoup d'actes invasifs (seul l'appareil reste lourd !)
Son coût a diminué de 40% en 7 ans (par la baisse progressive du forfait technique).Un examen sur un appareil haut de gammede puissance 1.5 tesla coûte au patient 450francs (le forfait technique étant directement versé par la Sécurité Sociale au centre D'IRM hospitalie ou privé)

IRM : une place de choix dans le cancer du sein
Source: Option/bio 229 - 14 mai 1999
  •  l'IRM n'a pas de place dans le diagnostic des mastodynies.


    Les lésions mises en évidence par IRM , et qui ne seraient pas visibles en mammo ou écho , ne peuvent pas faire , en pratique quotidienne, l'objet de biopsies guidées (les dispositifs de biopsies sous IRM sont des prototypes d'utilisation difficile , en cours d'évaluation)

    Au total , en dehors des indications validées ci dessus citées , l'IRM peut , si elle se révéle positive , créér plus de problèmes qu'elle n'en résoud!!

    Malheureusement l'annonce par certains médias , notamment magazines féminins , de la possibilité de détecter des tumeurs de quelques millimètres (ce qui est vrai pour les indications validées) a créer un effet"mode" et suscite de faux espoirs .

    Enfin il n'en reste pas moins que l'IRM est un outil diagnostique exceptionnel , en progrès constant ,qui nous réserve bien des progrès à venir.
    Il ne s'agit pas d'une technique lourde car il s'agit par définition d'un examen ambulatoire , non irradiant ayant permis de supprimer beaucoup d'actes invasifs (seul l'appareil reste lourd !)
    Son coût a diminué de 40% en 7 ans (par la baisse progressive du forfait technique).Un examen sur un appareil haut de gammede puissance 1.5 tesla coûte au patient 450francs (le forfait technique étant directement versé par la Sécurité Sociale au centre D'IRM hospitalie ou privé)

IRM : une place de choix dans le cancer du sein
Source: Option/bio 229 - 14 mai 1999

Les anomalies détectées par mammographie lors des campagnes de dépistages ne correspondent que dans 10% des cas à des cancers. (France 25 000 cancer du sein par an)
L'IRM, généralement avec produit de contraste, (un sel de gadolinium) s'est révélée déterminante pour faire la différence entre les cicactices et les récidives de cancer du sein.
L'IRM pourrait également mieux explorer les seins "jeunes" des patientes à risque, (Oncogénétique) préciser le caractère malin ou bénin de lésions découvertes par mammographie et éviter ainsi des biopsies inutiles.

wbm@esculape.com
chimiothérapie première ou hormonothérapie pour apprécir la régression tumorale
  • la surveillance des seins porteurs de prothèses en silicone (diagnostic des ruptures sous capsulaires souvent occultes en mammographie)

l'IRM n'a pas de place dans le diagnostic des mastodynies.

Elle est en cours d'évaluation dans
---- le diagnostic étiologique non invasif des foyers de microcalcifications mais si sa sensibilité est excellente , sa spécificité est de l'ordre de 50% seulement.Dans cette indication les microbiopsies stéréotaxiques sont plus performantes
---- le bilan d'extension des cancers et la recherche de multifocalité.Mais la mise en évidence de lésions prenant le contraste ne signe pas leur malignité.

Les lésions mises en évidence par IRM , et qui ne seraient pas visibles en mammo ou écho , ne peuvent pas faire , en pratique quotidienne, l'objet de biopsies guidées (les dispositifs de biopsies sous IRM sont des prototypes d'utilisation difficile , en cours d'évaluation)

Au total , en dehors des indications validées ci dessus citées , l'IRM peut , si elle se révéle positive , créér plus de problèmes qu'elle n'en résoud!!

Malheureusement l'annonce par certains médias , notamment magazines féminins , de la possibilité de détecter des tumeurs de quelques millimètres (ce qui est vrai pour les indications validées) a créer un effet"mode" et suscite de faux espoirs .

Enfin il n'en reste pas moins que l'IRM est un outil diagnostique exceptionnel , en progrès constant ,qui nous réserve bien des progrès à venir.
Il ne s'agit pas d'une technique lourde car il s'agit par définition d'un examen ambulatoire , non irradiant ayant permis de supprimer beaucoup d'actes invasifs (seul l'appareil reste lourd !)
Son coût a diminué de 40% en 7 ans (par la baisse progressive du forfait technique).Un examen sur un appareil haut de gammede puissance 1.5 tesla coûte au patient 450francs (le forfait technique étant directement versé par la Sécurité Sociale au centre D'IRM hospitalie ou privé)

IRM : une place de choix dans le cancer du sein
Source: Option/bio 229 - 14 mai 1999

Les anomalies détectées par mammographie lors des campagnes de dépistages ne correspondent que dans 10% des cas à des cancers. (France 25 000 cancer du sein par an)
L'IRM, généralement avec produit de contraste, (un sel de gadolinium) s'est révélée déterminante pour faire la différence entre les cicactices et les récidives de cancer du sein.
L'IRM pourrait également mieux explorer les seins "jeunes" des patientes à risque, (Oncogénétique) préciser le caractère malin ou bénin de lésions découvertes par mammographie et éviter ainsi des biopsies inutiles.

wbm@esculape.com
Sommaire FMC

L'IRM pourrait également mieux explorer les seins "jeunes" des patientes à risque, (Oncogénétique) préciser le caractère malin ou bénin de lésions découvertes par mammographie et éviter ainsi des biopsies inutiles.

 

MANET  LA BLONDE AUX SEINS NUS .

Par SPINNEUR - Publié dans : SEIN . BREAST
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 26 octobre 4 26 /10 /Oct 16:39

 

 


The Next Generation in MRI-Directed Breast Intervention
9/12/2006
During this sponsor-supplied Online Symposium,


BREAST , SEIN, MAMMAIRE , MAMMOGRAPHY,

MAMMOGRAPHIE , CANCER , MRI INTERVENTIONAL

INTERVENTIONNEL ,PONCTION, PUNCTURE,BIOPSIE, BIOPTY,

IRM,RESONANCE MAGNETIQUE  .   


Dr. Steven Harms discusses the advantages of a dedicated breast MRI system when performing interventional breast procedures.


Steven E. Harms, MD, FACR, Radiologist, The Breast Center of Northwest Arkansas and Medical Director, Aurora Imaging Technology.

Dedicated breast MRI systems can provide several key advantages for both staff and patients, including:

  • Increased comfort for patients
  • Easier intervention and access to the breast
  • Uniform breast stabilization
  • Integrated imaging and lesion targeting
  • Variable needle trajectory and more accurate needle placement
  • Ability to sample multiple targets in the same session






See more breast MRI images:

    

When you're finished, feel free to post your comments and questions in the Clinical Advancements in Breast MRI discussion forum, which you can reach by clicking here.



 


Watch Presentation ]

                      Click Hereto see other Clinical Advancements in Breast MRI presentations.           Online Symposia >> Clinical Advancements in Breast MRI >> Part 1 - The Next Generation in MRI-Directed Breast Intervention

 

 

 

   





AUNTMINNIE   .
   
   
     


Par SPINNEUR - Publié dans : SEIN . BREAST
Voir les 0 commentaires

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Recherche

Liens

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés